Disparition de Théo Hayez: les recherches se concentrent autour du phare de Byron Bay

La police et des dizaines de volontaires ont passé toute la journée dans les environs du phare de Cape Byron à la recherche des traces du jeune Belge disparu, Théo Hayez. C'est de là qu'a été émis le dernier signal de téléphone mobile de cet adolescent de 18 ans. Pour l'instant sans résultat.

Les recherches se concentrent sur le smartphone de Théo, mais tout indice peut s'avérer décisif "Nous recherchons le téléphone ... mais nous ne nous limitons pas à cela", explique l'inspecteur Matt Kehoe. "Nous recherchons des preuves: tout ce qui peut nous conduire à Théo est bon."

Selon l'inspecteur, environ 35 personnes des services d'urgence de l'État participent actuellement aux recherches, ainsi qu'un renfort de vingt à trente volontaires. Le groupe est dirigé par 15 officiers de police à travers les denses forêts côtières afin de ne pas louper un indice. Mais jusqu’à présent, les efforts n’ont donné aucun résultat.

"Les recherches se poursuivent, sans qu'il y ait du neuf", a confirmé à Belga mardi la porte-parole de la police locale australienne, Samantha Long.

Après avoir mené des battues jusqu'en fin d'après-midi lundi, les recherches ont repris mardi dans la matinée. Des douzaines de volontaires de la localité assistaient les agents de police autour du phare de Byron Bay et des plages en contrebas, a constaté l'agence de presse australienne AAP.

Un appel du père de Théo

"Les agents de police du district de Byron Bay et les volontaires des services d'urgence ont mené davantage de recherches près du Pass, de Wategos et du phare de Byron Bay lundi pour trouver la personne portée disparue. Rien n'a été trouvé. Les recherches ont été suspendues à 16h et reprendront mardi", a communiqué la police locale lundi en fin de journée.

Un dernier signal du téléphone portable de Théo Hayez a été capté par une borne le 1er juin aux alentours du phare. Le jeune homme a été vu pour la dernière fois le soir du 31 mai, et des recherches sont entreprises sans succès depuis lors.

Lundi, son père, Laurent Hayez, a fait appel à tout nouveau renseignement qui pourrait contribuer à faire avancer l'enquête, assistée par des enquêteurs criminels. Il a sollicité la coopération de la messagerie instantanée WhatsApp, qui a consenti à coopérer. L'entreprise peut consulter certaines données comme le nom d'utilisateur, l'adresse IP ou encore la dernière fois que Théo Hayez était actif.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK