Discours du 1er mai: la FGTB enfonce la loi Peeters sur la flexibilisation du travail

Discours du 1er mai: la FGTB enfonce la loi Peeters sur la flexibilisation du travail
Discours du 1er mai: la FGTB enfonce la loi Peeters sur la flexibilisation du travail - © BENOIT DOPPAGNE - BELGA

"Un changement de cap, maintenant", c'est ce que demande la FGTB au gouvernement "des riches et des patrons" dans son discours du 1er mai. Et de revenir sur la loi Peeters sur la flexibilisation du temps de travail.

Citant une enquête dont le syndicat publiera bientôt les résultats, Marc Goblet clame que "les travailleurs ne veulent pas de cette réforme qui permet encore plus d'heures supplémentaires". Selon cette enquête, à laquelle ont participé près de 14 500 personnes, 76,6% prestent des heures supplémentaires, mais seulement 10% d'entre eux le font pas choix personnel. "Ce gouvernement ne fait rien pour les travailleurs, les jeunes, les demandeurs d’emploi et les pensionnés". La FGTB n'approuve toujours pas les actions du gouvernement Michel, à qui il rappelle toute l'importance de la concertation sociale.

La qualité de l'emploi est au cœur du discours de Marc Goblet, qui demande une "réduction collective du temps de travail sans perte de revenus et avec embauches compensatoires ou maintien de l’emploi en cas de restructurations". La FGTB ne veut plus des réductions des cotisations patronales selon le statut du travailleur, "afin de lutter contre les distorsions du marché du travail".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK