Discours de Noël du roi Philippe : "Le moment du vote doit être le résultat d'une mûre réflexion" (vidéo)

C'est la tradition (depuis le roi Baudouin) : qui dit 24 décembre, veille de Noël, dit discours de Noël du Roi. Un discours qui, cette année, survient dans un climat politique chargé, avec un gouvernement minoritaire "en affaires courantes". Un contexte très particulier auquel le Roi ne pouvait manquer de faire allusion.  

Le Roi, assis dans son bureau du Château de Laeken, présente d'abord le temps de Noël et du Nouvel An comme "l'occasion idéale de prendre du recul, de faire le point". Des fêtes moments de retrouvailles en famille, avec ses proches... et en pensant aux autres, aux plus fragiles. Voilà pour la partie traditionnelle "discours de Noël", concorde etc. Avant d'en venir à l'actualité plus immédiate. Pas un mot du roi Philippe pour ses récentes consultations qui l'ont amené à accepter finalement cette démission et la mise en affaires courantes du gouvernement Michel. Forcément puisque le discours a été enregistré juste avant et après réflexions, n'a pas été complété ou ré-enregistré. Mais il contient néanmoins quelques messages bien ciblés.

Ainsi le roi Philippe reconnaît "la période mouvementée" que le pays traverse, les "vives tensions politiques", allusion tant à la crise politique que celle des gilets jaunes avec des "sujets qui préoccupent nos concitoyens". Et le Roi de déclarer "sa confiance au sens des responsabilités des dirigeants dans l'intérêt du pays et de la population". Ce qui fait écho au communiqué déjà diffusé par le Palais royal le 21 décembre. Un appel en fait au sens des responsabilités de chacun qu'il semble avoir répété au gré de ses consultations des présidents de partis, ainsi qu'au Premier ministre et au président de la Chambre appelée à jouer un rôle important dans les prochains mois pour permettre au gouvernement de travailler, à la recherche de "majorités à la carte" pour avancer sur tels ou tels projets. Comment, avec qui ? On devrait y voir plus clair lors de la rentrée parlementaire de janvier et avec les premiers conseils des ministres...

Et le Roi de lister les sujets auxquels gouvernement et parlement devront apporter des réponses "exhaustives" : pouvoir d'achat, lutte pour la tolérance, défis climatiques. "Ces problèmes cruciaux de notre société demandent de notre part à tous écoute et ouverture, courage et esprit d'initiative". Et d'appeler dans la perspective des prochaines élections - européennes, fédérales, régionales et communautaires, celles bien prévues du 26 mai 2019! - à des "débats ouverts et vrais, où l'on se respecte. Car le moment du vote doit être le résultat d'une mûre réflexion".

Et de conclure avec la tout aussi traditionnelle formule : "La Reine et moi et toute notre famille vous souhaitons une joyeuse fête de Noël et une bonne et heureuse nouvelle année". 

 

Le texte du discours du roi Philippe dans son intégralité

"Mesdames et Messieurs,

 

Les fêtes de Noël et de nouvel an sont l’occasion idéale de prendre du recul, d’arrêter notre course à la poursuite du temps. De faire le point. Mais aussi de se souvenir que la vie est un chemin que nous ne faisons pas seuls, mais avec des compagnons de route, qui, comme nous, ont besoin d’une présence, d’une écoute et de conseils.

 

Pour la plupart d’entre nous, les fêtes de fin d’année sont des moments de retrouvailles et de partage, des moments où l’on prend du temps avec des proches. En particulier pour ceux qui traversent de lourdes épreuves, connaissent la solitude, ou qui ont perdu un être cher, la présence et l’écoute d’un proche a une valeur inestimable.

 

Cette période festive est l’occasion d’avoir une attention particulière pour les plus fragiles de notre société. Mais aussi pour tous ceux qui les entourent et les accompagnent avec soin et dévouement, pour qu’ils puissent vivre dignement.

 

Avec ceux qui ont des enfants, nous avons en commun, la Reine et moi, le désir de vivre avec eux des moments vrais, de réelle présence les uns pour les autres. Nous savons à quel point ils sont importants, mais aussi à quel point il est facile qu’ils nous échappent. Ce sont des moments où l’on peut recevoir nos enfants tels qu’ils sont et avoir la joie de les redécouvrir.

 

Des moments aussi où ils peuvent se rendre compte que nous, parents, et tous ceux qui œuvrent pour leur éducation, sommes également vulnérables. Ils comprendront que notre force intérieure se construit en surmontant les difficultés et non en s’y enfermant ou en les évitant. C’est grâce à cette force intérieure que nous pouvons réellement nous ouvrir aux autres et assumer nos responsabilités.

 

Notre pays traverse une période mouvementée. Des sujets importants préoccupent à juste titre nos concitoyens. Aujourd’hui nous sommes confrontés à de vives tensions politiques.  Je fais confiance au sens des responsabilités de nos dirigeants pour agir dans l’intérêt du pays et de la population.

 

Les inégalités, la pauvreté, l’intolérance, le changement climatique, sont des questions qui demandent des réponses exhaustives. Ces problèmes cruciaux de notre société demandent de notre part à tous écoute et ouverture, courage et esprit d’initiative.

 

La démocratie exige cette écoute et ce dialogue. Préparons-nous aux élections fédérales, régionales et européennes en tenant des débats ouverts et vrais, où l’on se respecte. Car le moment du vote doit être le résultat d’une mûre réflexion.

 

" Donnez-moi un point fixe et un levier et je soulèverai la Terre ", disait Archimède. Habiter pleinement notre temps, cultiver une force intérieure qui nous ouvre aux autres, ce sont ces points fixes et ces leviers qui peuvent nous faire soulever des montagnes.

 

La Reine et moi et toute notre famille vous souhaitons une joyeuse fête de Noël et une bonne et heureuse nouvelle année."

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK