Didier Reynders reporte sa visite en Israël et dans les territoires palestiniens

Le Vice-Premier et ministre des Affaires étrangères Didier Reynders a décidé de reporter la visite qu'il devait effectuer du 5 au 8 décembre prochains en Israël et dans les territoires palestiniens, a annoncé mardi soir le département des Affaires étrangères.

Cette décision intervient à la suite de "la décision du Premier ministre d'Israël, M. Netanyahou, de suspendre les contacts avec l'Union européenne sur le processus de paix au Moyen-Orient, et au vu de l'impact de cette décision sur le programme de la visite de Didier Reynders". Ce dernier a confirmé mardi à l'Ambassadeur d'Israël en Belgique sa décision de reporter sa visite à une date ultérieure, a précisé le SPF Affaires étrangères.

Didier Reynders a fait savoir qu'il regrettait, "par la même occasion, de devoir reporter ses contacts avec ses interlocuteurs palestiniens".

Ecolo dénonce la mission des trois Régions

Ecolo a dénoncé mercredi le maintien d'une mission des trois agences régionales au commerce extérieur menée actuellement en Israël et dans les territoires palestiniens.

La mission entrepreneuriale menée actuellement par les trois agences (FIT pour la Flandre, AWEX pour la Wallonie et BIE pour la Région bruxelloise) est placée sous le leadership de BIE.

Multi-sectorielle - mais non ministérielle -, elle passe par Israël et les territoires palestiniens (Ramallah) et vise des activités civiles en technologies de l'information et de la communication (TIC), en développement numérique urbain ("smart cities") et en équipement numérique aux soins de santé.

Ecolo rappelle qu'une mission économique des trois Régions avait déjà été annulée en décembre 2014 compte tenu de la situation difficile dans la région et faute d'entreprises participantes. "Comment justifier dès lors le changement d'analyse", s'interroge la députée wallonne Hélène Ryckmans (Ecolo), rappelant les tensions persistantes.

Sa consœur bruxelloise Zoé Genot estime qu'organiser aujourd'hui cette mission en Israël, même accompagnée d'un alibi de prospection à Ramallah, contribue à soutenir un gouvernement qui ne veut pas la paix.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK