Didier Reynders convoqué jeudi par la commission de la défense de la Chambre

Didier Reynders
Didier Reynders - © BRUNO FAHY - BELGA

La commission de la défense de la Chambre entendra jeudi après-midi le ministre de la Défense, Didier Reynders, sur des questions d’actualité, comme une possible demande des Etats-Unis de fournir des troupes terrestres en Syrie ou la présence présumée d’armes nucléaires américaines sur la base aérienne de Kleine-Brogel (Limbourg), a-t-on appris mercredi de sources parlementaires.

La commission, présidée par le député Peter Buysrogge (N-VA), aurait souhaité entendre le ministre – qui est aussi informateur royal en vue de la formation d’un prochain gouvernement fédéral – mercredi. Mais des problèmes d’agenda ont empêché M. Reynders (MR) de se rendre à la Chambre.

Les membres de la commission ont insisté pour entendre le ministre avant les vacances parlementaires, qui débutent en fin de semaine.

La commission se réunira finalement jeudi vers 16h30, après la séance plénière, a indiqué M. Buysrogge.

Troupes en Syrie

La N-VA souhaite savoir si la Belgique , comme d’autres pays membres de la coalition dirigée par les Etats-Unis contre le groupe djihadiste Etat islamique (EI, ou Daech selon son acronyme arabe), a reçu une demande de Washington d’envoyer des troupes au sol dans le nord-est de la Syrie pour compenser le retrait annoncé – puis nuancé – par le président américain Donald Trump.

M. Trump a annoncé fin 2018 le retrait de la plus grande partie des quelque 2000 soldats américains du nord-est de la Syrie, en proclamant une victoire totale contre l’EI. Depuis, il s’est laissé convaincre de ralentir le retrait et de laisser dans cette zone, non contrôlée par le régime syrien, quelques centaines d’Américains qu’il souhaite voir épaulés par des militaires alliés. Plusieurs alliés européens ont été sollicités, comme l’Allemagne (qui a refusé), la France et le Royaume-Uni.

Les écologistes souhaitent pour leur part mener un débat sur la présence de bombes nucléaires américaines à Kleine Brogel, qui n’est généralement ni confirmée ni démentie par les différents gouvernements qui se sont succédé depuis 1963.

Des députés verts, Wouter De Vriendt (Groen) et Samuel Cogolati (Ecolo), ont annoncé mardi avoir découvert la confirmation de cette présence dans un projet de rapport discuté lors de l’Assemblée parlementaire de l’Otan qui s’était tenue du 31 mai au 3 juin dernier à Bratislava.

Journal télévisé 16/07/2019

Un rapport de l’OTAN vient de confirmer un secret déjà bien éventé : la base militaire de Kleine Brogel abrite bien des armes nucléaires américaines.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK