DHL supprime 241 emplois, EAT, plus de 180

RTBF
RTBF - © RTBF

Les temps sont durs pour les travailleurs du secteur aéronautique en Belgique. 241 emplois vont être supprimés au siège européen de DHL Express à Diegem, DHL qui va, par ailleurs, délocaliser sa filiale EAT avec là aussi des pertes d'emplois.

C'est le vent de la crise qui soufflerait selon la direction de DHL mais selon les syndicats,  tout cela répondrait à une volonté de restructuration de Deutsche Post, la maison mère de DHL, qui souhaiterait de plus en plus regrouper ses activités à Leipzig, là où se trouve d'ailleurs le noeud aérien de DHL. Et cela depuis le départ de Zaventem en raison de disputes au sujet des vols de nuit. Le détricotage se poursuivrait donc.

A l'époque, pourtant, DHL avait rassuré: pas trop de pertes d'emplois. Pourtant au fil du temps, les vagues de licenciements ne cessent de survenir. Cette fois, ce sont 241 emplois supprimés au siège européen de Diegem, plus 180 autres emplois perdus chez EAT, filiale marchandises de DHL. Cette année, 60 emplois étaient déjà passés à la trappe.

Bref, quelle que soit l'origine du vent, il emporte les emplois. Les syndicats souhaiteraient organiser des actions mais la direction met la prime du mois de juin dans la balance.

Ces décisions s'inscrivent dans un programme de réductions de coûts annoncé fin 2008 par Deutsche Post, la maison-mère de DHL. Ces économies et ces synergies sont nécessaires au maintien de la position concurrentielle de DHL dans un contexte de crise économique et de baisse significative des volumes de frets, a précisé la direction de l'entreprise.

Cette dernière a informé les syndicats lundi au cours d'un conseil d'entreprise à la suite duquel les représentants des travailleurs ont demandé l'intervention d'un conciliateur social. Un conciliateur était déjà intervenu la semaine dernière dans le cadre des négociations sur le licenciement de 36 pilotes.

"L'annonce d'un nouveau licenciement collectif change la donne. Nous voulons négocier sur letout et non sur certaines parties", a souligné Ria Cerulis (SETCa). Selon le représentant du syndicat socialiste, la direction de DHL utilise la crise pour imposer une série de restructurations. "Des actions ne sont pas exclues mais la direction a brandi la menace de ne pas verser la prime promise pour fin juin", a-t-il ajouté.

Enfin, si la direction affirme que cette mesure n'aura pas d'impact sur le nombre de vols, les syndicats soulignent pour leur part qu'à terme, seules les activités d'acheminement et de retrait des colis pour la Belgique resteront à Zaventem

(M.S. avec Michel Lagase et Belga)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK