Dexia: des difficultés amplifiées par la faillite de Lehman Brothers

Voici la chronologie des derniers événements qui ont touché le bancassureur franco-belge:

- 29 août: Les résultats de Dexia au deuxième trimestre 2008 (résultat net comptable de 532 millions d'euros, soit une baisse de 32,4 % par rapport au 2e trimestre de 2007) sont plombés par le renforcement des provisions dans sa filiale américaine FSA, fortement touchée par la crise des crédits à risque aux Etats-Unis. Début août, Dexia avait annoncé une injection de 300 millions de dollars dans FSA afin de renforcer l'assise financière de sa filiale qui a enregistré une perte nette de 331 millions au second trimestre de l'exercice.

 

- 15 septembre: Dexia chiffre son exposition directe à la banque d'affaires américaine Lehman Brothers, qui s'est placée sous concordat judiciaire, à quelque 500 millions d'euros.

- 15 septembre: Les marchés boursiers du monde entier essuient de fortes pertes, réagissant négativement à l'onde de choc provoquée par la quasi-faillite de Lehman Brothers.

- 17 septembre: Les trois grands groupes bancaires belges, Fortis, Dexia et KBC, voient partir en fumée, en deux jours en Bourse, 8,3 milliards d'euros de leur valeur boursière, selon un calcul du journal De Morgen. Fortis a subi les coups les plus sérieux et "pèse" 4 milliards d'euros de moins que deux jours plus tôt. Dexia et KBC ont perdu respectivement 2,2 milliards et 2,1 milliards d'euros. Le trio de banques belges valait encore 94 milliards d'euros au début de l'année. Depuis, cette valeur a diminué de moitié, à 48 milliards d'euros.

- 18 septembre: Dans le cadre de la faillite de Lehman Brothers, Dexia dit s'attendre à des pertes pour un montant "d'environ 350 millions d'euros". L'exposition de Dexia au risque sur Lehman est de 500 millions d'euros "sur des obligations senior de Lehman Brothers Holdings Inc., avec une perte économique finale dépendant des conditions de liquidation de Lehman", indique le groupe.

- 20 septembre: La Commission bancaire, financière et des assurances (CBFA) interdit les "ventes à découvert" (short-selling) sur les valeurs financières sur Euronext Bruxelles -KBC, Dexia et Fortis- afin de "protéger l'intégrité et le bon fonctionnement du marché". L'interdiction entre en vigueur le 22 septembre et est d'application pour trois mois.

- 28 septembre: Dexia réunit un conseil d'administration par téléphone afin d'évaluer la situation dans le cadre de la tourmente vécue par le bancassureur belgo-néerlandais Fortis.

- 29 septembre: Selon le site du quotidien français Le Figaro, Dexia pourrait annoncer prochainement une augmentation de capital en sollicitant les communes pour reconstituer ses fonds propres et rassurer les marchés. L'information n'est pas confirmée.

- 29 septembre: Le conseil d'administration de Dexia se réunit à nouveau.

- 29 septembre: L'Etat belge se dit prêt à soutenir Dexia en cas de difficulté, comme il l'a fait avec Fortis.

- 29 septembre: Dexia réfute tout problème de trésorerie, affirmant que la situation de ses liquidités est "très bonne".

- 29 septembre: Dexia chute de près de 30% lundi à la Bourse de Bruxelles. Fortis baisse de 23,7%. Le Bel20 perd 8%.

- 29 septembre: Les Régions marquent leur accord de principe pour participer à un effort conjoint pour renforcer les fonds propres du groupe Dexia, annonce le Premier ministre Yves Leterme en soirée, à l'issue d'une concertation entre le gouvernement fédéral et les gouvernements des trois Régions.

- 29 septembre: L'agence de notation Standard & Poor's revoit à la baisse, de 'AA' à 'AA-', la note pour le crédit long terme des activités principales du groupe Dexia, soit Dexia Crédit local (DCL), Dexia Banque SA (DB) et Dexia Banque internationale à Luxembourg (DBIL). En outre, la note de Standard & Poor's pour le crédit court terme des trois entités de Dexia est fixée à 'A-1+'. Les perspectives de ces entités demeurent négatives, selon l'agence de notation.

- 30 septembre: Les gouvernements belge, français et luxembourgeois, ainsi que les actionnaires de Dexia, conviennent d'investir un total de 6,4 milliards d'euros sous forme d'une augmentation de capital pour soutenir le groupe franco-belge, annonce Yves Leterme dans la nuit.

La Belgique participera à l'augmentation de capital à hauteur de 3 milliards d'euros. Au sein des parties prenantes belges, le gouvernement fédéral versera 1 milliard d'euros, de même que les trois Régions, à hauteur de 500 millions pour la Flandre, de 350 millions pour la Région wallonne et de 150 millions pour la Région de Bruxelles-Capitale. Enfin, les actionnaires institutionnels belges de Dexia débourseront 1 milliard d'euros, à charge pour le Holding communal d'injecter 500 millions d'euros, Arcofin mettant 350 millions d'euros et Ethias 150 millions d'euros.

La France interviendra aussi à hauteur de 3 milliards d'euros, dont 2 milliards seront apportés par la Caisse des dépôts et consignations (CDC) et 1 milliard par le gouvernement français. Cette injection de capitaux français permettra aux actionnaires français de bénéficier d'une participation "légèrement supérieure" à la minorité de blocage de 25% au sein du capital de Dexia.

Le Grand-Duché du Luxembourg injectera 376 millions d'euros sous la forme d'obligations convertibles.

A la suite de cette augmentation de capital, les autorités belges et françaises détiennent plus de la moitié du capital de Dexia.

- 30 septembre: La cotation du titre Dexia est suspendue sur les Bourses de Paris et Bruxelles, "à la demande" des autorités de marché française et belge, selon l'opérateur boursier Nyse Euronext.

- 30 septembre: Axel Miller, CEO et président du comité de direction de Dexia, et Pierre Richard, président du conseil d'administration, démissionnent. Axel Miller devrait toucher une indemnité de départ de 3 millions d'euros.

- 30 septembre: L'organisation de défense des petits consommateurs Test-Achats et Deminor, association représentant les intérêts des petits actionnaires, réclament la création d'une commission d'enquête parlementaire afin d'analyser les circonstances qui ont conduit à la nationalisation de Fortis et à l'augmentation de capital de Dexia.

 

- 1er octobre: Depuis le début de la semaine, des clients inquiets de Dexia ont retiré l'équivalent de 100 millions d'euros de leurs comptes. La direction ne conteste pas ce chiffre mais relève, "à titre d'exemple", que "le carnet d'épargne - un produit parmi beaucoup d'autres au sein de la gamme - draine, à lui seul, quelque 22 milliards d'euros".

- 1er octobre: le gouvernement wallon décide de libérer, en urgence, sur sa trésorerie propre, la somme de 350 millions d'euros permettant la recapitalisation de Dexia. L'argent libéré représente une avance de fonds d'une société qui sera créée à hauteur de 50-50 par la SRI et la Sogepa, en partie en fonds propres et en partie en emprunt.

- 1er octobre: Le président français Nicolas Sarkozy demande au gouvernement l'adoption rapide d'un projet de loi limitant les "parachutes dorés" des dirigeants d'entreprises, Paris s'opposant notamment aux indemnités de départ d'Axel Miller.

- 2 octobre: Le gouvernement bruxellois libère les 150 millions d'euros qu'il avait promis de dégager pour recapitaliser Dexia. A la suite de cette augmentation de capital, la Région de Bruxelles-Capitale a acquis un intérêt de 0,86% dans la structure de capital de Dexia.

- 2 octobre: Les ministres européens des Finances se préparent à adopter plusieurs recommandations communes visant à encadrer les salaires des chefs d'entreprises et les "parachutes dorés", cibles de critiques après les récentes nationalisations bancaires.

- 3 octobre: L'administrateur délégué démissionaire de Dexia, Axel Miller, annonce qu'il ne demandera pas le paiement de ses indemnités de départ.

- 5 octobre: En réaction à des rumeurs concernant de possibles conséquences négatives pour Dexia à la suite des difficultés rencontrées par la banque immobilière allemande Hypo Real Estate, le groupe affirme que les risques de crédit relatif à HRE n'auraient qu'un impact très limité sur sa solvabilité. De son côté, le Premier ministre Yves Leterme souligne que "Dexia est une banque très solvable mais subi aussi les effets de la crise bancaire internationale".

- 6 octobre: Le Bel 20 termine la journée sur un plongeon de 6,87 pc à 2.567,59 points. Dexia (6,74) plonge de 21,17 pc après avoir perdu jusqu'à 30,06 pc en séance.

- 6 octobre: Le Premier ministre Yves Leterme annonce que des "initiatives" vont être prises "dans les jours qui viennent" pour "renforcer" Dexia, à l'issue lundi d'un entretien avec le président français Nicolas Sarkozy à Paris.

- 7 octobre: les employés de Dexia organisent, à 13 heures, devant la tour Rogier à Bruxelles, une "manifestation de soutien" à Axel Miller.

- 7 octobre: L'ex-Premier ministre belge Jean-Luc Dehaene est élu président du conseil d'administration de Dexia, et le Français Pierre Mariani, membre du comité exécutif de BNP Paribas, en prend la direction exécutive, annonce le gouvernement belge. Les deux hommes doivent remplacer respectivement Pierre Richard et Axel Miller. Ils sont confirmés par le conseil d'administration de Dexia.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK