Dexia: 6 milliards de recapitalisation, invités surprises du budget 2012

Dexia: 6 milliards de recapitalisation, invités surprises du budget 2012
Dexia: 6 milliards de recapitalisation, invités surprises du budget 2012 - © Tous droits réservés

Les négociations sur le budget 2013 à peine entamées, voilà que le gouvernement pourrait aussi être amené à se repencher sur son budget 2012. Car un nouveau foyer d'inquiétude ressurgit : le groupe Dexia, franco-belge, qui devrait bien nécessiter recapitalisation de cinq à six milliards dans les prochaines semaines.

Cinq à six milliards d'euros qui viendraient replomber le déficit 2012 de l'Etat belge que l'on pensait pourtant définitivement stabilisé.

C'est un vice-Premier ministre qui a lâché l'information à l'entrée du kern ce mardi. Une information immédiatement relayée par le compte de la rédaction politique de la RTBF sur Twitter.

Pour rappel, lorsque l'on parle de Dexia, il s'agit désormais de Dexia holding, qui est complètement séparé désormais de Belfius (ex-Dexia banque).

Il s'agirait donc pour le fédéral de réinjecter des fonds dans ce holding dont il garantit les dettes à hauteur de 60,5% (pour 36,5% à la France et 3% au Luxembourg). Si le groupe venait à faire faillite et que ces garanties devaient être activées, ce seraient des dizaines de milliards que l'Etat belge serait amené à débourser.

Les négociateurs continuent d'avancer ligne par ligne

Le Comité ministériel reprendra ses travaux budgétaires mercredi à 10h30 au Lambermont. Les négociateurs poursuivront l'examen des dépenses au SPF Intérieur (Police) et la secrétaire d'Etat Maggie De Block viendra présenter la situation pour l'Asile.

Dans l'entourage de plusieurs vice-premiers ministres, on observe qu'à ce stade, les négociations n'avancent pas à un rythme soutenu. Certains y voient la méthode du Premier ministre Elio Di Rupo qui ne souhaite pas 'provoquer' d'accélération ni imposer de délais.

Après mercredi, le Premier ministre, les vice-premiers ministres et le ministre du Budget s'accorderont deux jours de pause, pour profiter quelque peu du congé de Toussaint, avant de se rasseoir ce week-end autour de la table des négociations.

Ju. Vl. avec Fabien Van Eeckhaut et Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK