Développement durable : les consommateurs ont-ils une influence sur les multinationales ?

Coton
Coton - © Tous droits réservés

Des multinationales du textile qui s’engagent à promouvoir des modes de production du coton plus respectueux de l’environnement. Parmi elles, Ikea, H&M ou Inditex. De quoi soigner leur image souvent écornée. Pour autant, est-ce seulement une opération de communication ? En Inde, un journaliste du Vif l’Express a rencontré des agriculteurs qui assurent que l’initiative a changé leur vie.

En 2005, Ikea s’est associée au WWF pour lancer une sorte de label. D’autres géants industriels se sont ensuite associés. Objectif : pousser les fournisseurs à repenser leurs mode de production. Pour garder leurs contrats, les producteurs ont dû s'engager à utiliser moins de pesticides, moins d’engrais et moins d’eau.

Ce n’est pas du "bio", ni du coton équitable. Il n’est pas non plus acheté plus cher qu’avant aux cultivateurs. Dans les champs, les conditions de travail restent souvent rudes et les salaires insuffisants. Mais l’usage modéré des produits chimiques et des ressources naturelles permet tout de même aux agriculteurs de faire des économies en réduisant les coûts de production. En Inde, deuxième pays producteur de coton après la Chine, 400.000 fermiers se sont engagés à respecter ces normes.

Evidemment, cela ne s’est pas fait du jour au lendemain. Il a fallu diffuser, auprès des fermiers, de nouvelles pratiques plus respectueuses de l’environnement. Depuis 2015, Ikea affirme pouvoir s’approvisionner uniquement en "coton durable".

Ce n'est sans doute qu'un petit pas. Un début de solution, peut-être. Mais ce changement aurait-il été amorcé sans la pression des consommateurs ? Réagissez dans "Débats Première" ce vendredi de 12h à 13h, en direct sur La Première.

Donnez-nous vos solutions

On attend vos réactions :

  • Par téléphone : au 02/737.37.07
  • Sur Facebook 
  • Sur Twitter avec le #Débats1
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir