La rencontre des informateurs réunissant plusieurs partis s'achève sans commentaires

C’était la première rencontre de ce genre depuis les élections du 26 mai. Johan Vande Lanotte et Didier Reynders ont invité plusieurs partis à discuter ce dimanche dès 18 heures au Palais d'Egmont à Bruxelles. Les participants à l'exception des représentants de l'Open Vld, ont quitté les lieux vers 21h par une sortie où ne les attendaient pas les journalistes. Personne n'a fait de commentaire.

Etaient ainsi présents en plus des deux formateurs, le président du MR, Charles Michel ainsi que la Ministre du Budget en affaires courantes Sophie Wilmès, le président de la N-VA, Bart De Wever accompagnés des députés Jan Jambon et Theo Francken, ainsi que la présidente de l'Open Vld Gwendolyn Rutten, accompagnée du Vice-Premier ministre Alexander de Croo, du président du CD&V Wouter Beeke, du président du sp.a, John Crombez, accompagné de la cheffe de groupe sp.a à la Chambre, Meyriame Kitir, de la présidente de Groen, Meyrem Almaci, accompagnée du chef de groupe Ecolo-Groen à la Chambre, Kristof Calvo.

Si le PS a pris la décision de participer à cette première réunion multipartis et que tous les autres partis sont bien arrivés sur place, ce n'est pas le cas des Verts francophones qui ne figuraient donc pas parmi les participants.

Quel était l’objet de la réunion ?

Beaucoup d’inconnues subsistaient autour de cette rencontre organisée ce dimanche par les informateurs. Ce que l’on sait, c’est que plusieurs partis francophones et flamands se sont rencontrés pour discuter et non pas négocier, c’est important, dans le cadre des discussions fédérales. 

Didier Reynders et Johan Vande Lanotte ont ainsi enfin réunis le PS et la N-VA malgré leurs points de dissension. Et ce lundi, le roi décidera si oui ou non la mission du tandem, créé voici près de 2 mois, est prolongée.

Sans Ecolo

L'absence des écologistes francophones à cette rencontre était donc bien avérée. Si Ecolo se déclare encore "pleinement disponible pour répondre à toute autre sollicitation des informateurs royaux", le parti fait également savoir via un communiqué qu'il ne participait pas à la réunion pour rester "en pleine cohérence avec ce qu’il a annoncé aux informateurs à chacun de ses rendez-vous".

"Tout nous oppose à la NV-A: vision de société, méthodes, priorités, etc. Nous considérons qu’il n’y a pas la moindre option pouvant associer notre parti à la NV-A. Discuter avec eux autour d’une note pouvant servir de base aux futures discussions de préformation dans la perspective d’une formule majoritaire associant Ecolo et la NV-A n’a dès lors aucun sens", commente également Jean-Marc Nollet, coprésident d'Ecolo. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK