Détroit de Gibraltar: le Roi a assisté aux manœuvres de la frégate Léopold Ier

Les marins de la frégate Léopold Ier sont en mer depuis plus de deux mois. Ce navire militaire a quitté Zeebruges début août pour intégrer une flotte commandée par l'OTAN. Vendredi, dans les eaux du détroit de Gibraltar, l'équipage a reçu la visite du Roi, en pleine mer et en plein exercice.

Entre océan Atlantique et mer Méditerranée, la frégate n'est qu'un petit point gris, vue du ciel. Pour rejoindre le Léopold 1er, le roi arrive en hélicoptère. Sur la passerelle, l'équipage témoigne d'une nervosité inhabituelle. "C'est toujours impressionnant : c'est la première fois qu'il vient à bord d'une frégate qui est déployée ailleurs qu'en Belgique. Donc c'est un moment très important pour tout l'équipage", explique le lieutenant Lucie Van Nieuwenhuyse.

Ballet de frégates

Depuis leur départ, les 148 membres d'équipage ont déjà traversé deux fois l'Atlantique, dans le cadre d'une opération de l'OTAN. Le lieutenant Lucie Van Nieuwenhuyse coordonne l'exercice du jour : "On a plus de 20 navires qui sont dans la zone d'exercice. Cela permet de voir comment les autres marines travaillent en situation d'urgence ou de guerre. On n'a pas de souci, on sait que tout le monde sait bien manœuvrer et être proche l'un de l'autre".

Dans le détroit de Gibraltar, la jeune femme semble orchestrer un ballet de frégates de différents pays, sous le regard du Roi.

Apprendre à travailler avec les alliés, c'est le cœur de cette mission de plusieurs mois. Mais la frégate doit aussi pouvoir être déployée à tout moment pour les besoins militaires de l'Otan. "En cinq jours, si le 'call' est donné, on doit pouvoir partir dans n'importe quelle direction", indique le lieutenant.

L'équipage du Léopold Ier regagnera le port de Zeebruges au début du mois de novembre.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK