Des stages rémunérés pour jeunes à la police, pour susciter des vocations

La commissaire générale de la police fédérale, Catherine De Bolle,  à l'école de police de Jurbise.
La commissaire générale de la police fédérale, Catherine De Bolle, à l'école de police de Jurbise. - © Tous droits réservés

Il sera bientôt possible pour les jeunes d'effectuer un stage rémunéré au sein de la police ou d'autres services de sécurité. Les autorités espèrent ainsi donner envie aux moins de 25 ans de prendre la voie d'un travail dans la police, selon le cabinet du ministre de l'Intérieur Jan Jambon (N-VA). On espère via cette mesure attirer notamment des jeunes aux profils spécifiques, comme par exemple des spécialistes IT.

"Nous voulons donner à ces jeunes l'occasion de goûter au secteur de la sécurité. Nous remarquons en effet qu'il y a actuellement de nombreux jeunes que nous ne parvenons pas à atteindre, alors que la police a besoin de ces jeunes talents", indique Olivier Van Raemdonck, porte-parole du ministre.

"Une des raisons pour lesquelles ils décrochent est qu'ils doivent parfois attendre 7 à 8 mois avant de débuter leur formation à l'école de police", ajoute-t-il. En leur proposant un stage rémunéré, il sera possible de les plonger plus rapidement dans le bain.

Le recrutement se fera lors d'une bourse aux jobs dans le cadre d'une campagne plus large, les 19 et 20 décembre à Bruxelles. Les jeunes jusqu'à 25 ans pourront alors se porter candidat pour un tel stage rémunéré, par exemple dans la police, à l'OCAM ou au Centre de crise. Tous les services de la police devraient proposer des places, mais les stagiaires ne seront bien sûr pas amenés à effectuer des interpellations ou à utiliser une arme.

 

Archives : Journal télévisé 21/05/2018

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK