Des polices locales refusent désormais de décharger la police fédérale

Des polices locales refusent désormais de décharger la police fédérale
2 images
Des polices locales refusent désormais de décharger la police fédérale - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

Le chef de corps de la zone de police de Renaix, en Flandre occidentale, refuse de mettre des agents à disposition de la police fédérale. La police locale doit depuis des mois surveiller la frontière dans le cadre de la crise des migrants et de la menace terroriste.

Il semble que d'autres zones de police menacent de retirer leur appui, rapporte jeudi Het Laatste Nieuws.

Il n'est plus question de situation exceptionnelle d'urgence, mais de la conséquence d'économies drastiques au niveau fédéral

Patrick Boel, le chef de corps de la zone de police de Renaix, doit compter depuis des mois sur quatre personnes en moins dans son équipe de 58: 1174 heures - soit environ 150 jours - ont donc été prestées hors de la zone pour aider à surveiller la frontière franco-belge.

Désormais, la police fédérale souhaite aussi que la police locale contribue à la lutte contre le terrorisme. "Il n'est plus question de situation exceptionnelle d'urgence, mais de la conséquence d'économies drastiques au niveau fédéral", dénonce M. Boel.

La zone de police locale d'Erpe-Mere/Lede a adressé pour sa part un courrier la semaine passée au cabinet du ministre des Affaires intérieures Jan Jambon (N-VA), dans laquelle elle menaçait aussi de ne plus mettre ses inspecteurs à disposition.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK