Des PC sous Windows 7 toujours utilisés dans certaines administrations et cabinets

On en a déjà beaucoup parlé : depuis mi-janvier, Microsoft a abandonné Windows 7 (même si la firme de Redmond a mis en ligne un ultime patch pour corriger un bug) et conseille à tous ses clients de passer à Windows 10.

Actuellement, en Belgique, 11,93% des PC de bureau tournent sur Win7.

Source: StatCounter Global Stats - Windows Version Market Share

Cette proportion baisse de façon faible mais continue depuis un an. Enfin, peut-être pas partout, comme dans les administrations et dans les cabinets ministériels, endroits stratégiques s’il en est. Nos confrères de la VRT ont fait le tour des SPF (Services publics fédéraux) et la situation est, à tout le moins, compliquée. Au SPF Justice, le chiffre est précis : 517 des 20.000 ordinateurs ne sont pas encore passés à Win7. Sur ces 517, la moitié ne pourra pas être upgradée car le matériel ne le permet pas. 517 ordinateurs, c’est 0,26% du parc informatique, c’est assez dérisoire. Certainement la raison pour laquelle le SPF a communiqué de façon si précise, car dans les autres SPF, on préfère rester très discret : au SPF Intérieur, Commerce extérieur et Coopération, "les mises à jour sont en cours, mais sans pouvoir dire combien de PC sont concernés" indique la VRT. Les SPF Affaires étrangères, Santé publique, Economie et Sécurité sociale ont fini la transition vers le système d’exploitation recommandé par Microsoft. A noter qu’au SPF Finances, 200 ordinateurs sont toujours sur Win7, mais non-connectés à internet, donc, a priori, hors de danger d’une cyberattaque.

Le précédent Wannacry

Plus inquiétant, les mises à jour sont encore loin d’être terminées dans certains cabinets. Ainsi, selon la VRT, pour l’un d’entre-deux, 60% des ordinateurs utilisent toujours sur Windows 7…

Pour le moment, aucun "exploit" (faille de sécurité) n’a été découverte, ou à tout le moins n’a été utilisé à grande échelle, comme wannacry, ce hack qui avait touché 150 pays au printemps 2017. Reste que les administrations et cabinets n’ont pas 36 solutions pour sécuriser leur parc informatique : soit payer une licence spécifique qui permet d’assurer la sécurité de Windows 7 jusque 2023 (dans la même situation, l’Allemagne paie ainsi 800.000€), soit faire les MAJ et devoir, parfois, remplacer le matériel concerné.

Rappelons que le gouvernement fédéral est en affaires courantes et s’applique une circulaire relative à la prudence budgétaire.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK