Des milliers d'emplois grâce aux drones? La Wallonie veut soutenir le secteur

Le Forem sera incité à orienter davantage de demandeurs d'emploi vers les formations en pilotage de drones.
Le Forem sera incité à orienter davantage de demandeurs d'emploi vers les formations en pilotage de drones. - © ERIC LALMAND - BELGA

La commission de l'Économie du parlement wallon a approuvé à l'unanimité ce mardi une proposition de résolution visant à soutenir le secteur des drones, qui prend son essor en Belgique depuis la publication d'un arrêté royal en avril de l'ex-ministre de la Mobilité Jacqueline Galant (MR), aujourd'hui elle-même députée wallonne.

La Région peut apporter sa pierre à l'édifice, a souligné la députée Virginie Defrang-Firket (MR), à l'origine de ce débat qui a fait consensus dans l'assemblée régionale après plusieurs auditions.

Cette filière pourrait générer 150 000 emplois en Europe d'ici 2050, d'après l'Association européenne de l'industrie aéronautique (ASD).

Inciter aux formations en pilotage

Le Forem a d'ailleurs récemment proposé à quelques ouvriers d'Arcelor des formations en pilotage de drones pour maximiser leurs chances de retrouver un emploi.

PS, MR et cdH ont souligné dans leur résolution le rôle qu'aura à jouer le pôle de compétitivité Skywin dans les projets en développement. Les députés veulent aussi inciter à l'organisation de tables technologiques ou de rencontres des acteurs du secteur.

La résolution demande aussi à la Communauté française d'informer les écoliers sur les débouchés du secteur et d'intégrer des modules de formation dans les filières de l'enseignement supérieur (droit, architecture, journalisme, cinéma, audiovisuel, photographie, géométrie, agronomie, assurances, etc).

Le Forem sera incité à orienter davantage de demandeurs d'emploi vers les formations en pilotage de drones, tandis que la plate-forme Digital Wallonia, l'Agence du Numérique et le nouveau fonds d'investissements wallon pour les start-up numériques baptisé Wing seront aussi mis à contribution.

"Partage de responsabilités entre niveaux de pouvoir"

Les députés wallons se sont montrés soucieux de s'assurer auprès du fédéral d'un suivi de l'impact de la nouvelle législation sur la sécurité des espaces aériens contrôlés, notamment autour des aéroports et des centrales nucléaires, tout comme du respect de la vie privée.

Le texte qui a fait consensus "consacre ainsi le partage de responsabilités entre niveaux de pouvoir" dans ce domaine, a souligné Vincent Sampaoli (PS).

Nombreux débouchés

Marie-Dominique Simonet (cdH) a rappelé les nombreux débouchés envisageables. Les drones peuvent servir à l'inspection de sites (éoliennes, lignes à haute tension, centrales nucléaires, conduites de gaz aériennes, voies ferrées, panneaux photovoltaïques, égouts et canalisations, etc.), à la détection de victimes, la surveillance des mouvements de foules, celle des zones sinistrées, à l'observation de la circulation routière, la lutte contre les incendies, la localisation de zones sensibles aux inondations, la modélisation des pollutions atmosphériques, etc.

Ils peuvent aussi servir à la cartographie, au relevé topographique, à la thermographie, la logistique, la recherche agronomique, la détection des arbres malades, l'observation et le comptage des animaux, le suivi d'événements sportifs et culturels, l'agriculture "4.0", les prises de vue pour le cinéma, les reportages pour les chaînes de télévision, le diagnostic de l'état des bâtiments ou observation d'environnements marins, etc.

Deux amendements de Philippe Henry (Ecolo) ont été approuvés, favorisant l'open source et l'open data, ainsi que l'économie circulaire, mais un troisième visant à limiter la résolution aux drones civils a été rejeté, Virginie Defrang-Firket relevant l'intérêt de ne pas se priver d'opportunités dans le domaine militaire.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK