Des médecins dénoncent le manque d'accès aux soins de santé pour les détenus de nos prisons

Des médecins dénoncent le manque d'accès aux soins de santé pour les détenus de nos prisons
Des médecins dénoncent le manque d'accès aux soins de santé pour les détenus de nos prisons - © BENOIT DOPPAGNE - BELGA

Dans une lettre ouverte au ministre de la Justice, publiée par Le Soir jeudi, une quinzaine de membres de commissions de surveillance de prisons dénoncent que les détenus n'ont pas suffisamment accès aux soins de santé.

"La majorité des interventions de médecins de prison ne nécessite pas d'extraction (un transfert de la prison à l'hôpital assuré par le corps de sécurité, ndlr) mais à partir du moment où le détenu doit absolument sortir, on constate un manque flagrant de personnel", dénonce le Dr Michel Jehaes, membre de la commission de surveillance de la prison d'Ittre.

Une quinzaine d'autres représentants des prisons d'Ittre, d'Anvers, d'Arlon, de Nivelles et de Paivres - dont des médecins - relaient leurs inquiétudes auprès du ministre de la Justice Koen Geens (CD&V) dans une lettre ouverte. "Jusqu'à quand resterez-vous sans réaction à nos courriers qui dénoncent le problème des "extractions" sans cesse postposées, en l'occurrence, du non-respect du droit des détenus à recevoir des soins identiques à ceux qu'ils recevraient s'ils n'étaient pas en prison ? ", interrogent les signataires qui reprochent au ministre de faire la sourde oreille.

"Si un drame survient, une pathologie incurable voire un décès, imputable au retard de la prise en charge, nous vous entendrons sans doute proclamer que "vous n'étiez pas au courant", que vos collaborateurs "ne vous ont pas tenu informé de la situation", selon les formules maintenant consacrées", déplorent les signataires.

Au cabinet du ministre Koen Geens, on admet aussi que la prise en charge n'est pas optimale, mais qu'une Taskforce soins de santé en prison a été créée pour élaborer un plan stratégique vers une réforme progressive des soins de santé pénitentiaires.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK