Bagarre entre Kurdes et Turcs à Anvers

Une vaste bagarre a éclaté à Anvers en début de soirée aux alentours de la Brederodestraat. Elle a donné lieu à une arrestation judiciaire, pour port d'arme prohibée, indique la police locale. Quelque 47 autres personnes ont fait l'objet d'arrestations administratives, pour troubles de l'ordre public. La police précise également que 8 individus ont été blessés, dont 3 ont dû être soignés à l'hôpital. Un policier, atteint par une pierre, fait partie des blessés et a été placé en incapacité de travail pour une journée.

Les tensions ont débuté peu avant 17h30, précise la police. "Après qu'un certain nombre de personnes avec des bâtons et des barres, des chaises et des pieds de table, avaient commencé à se bagarrer, 200 à 300 personnes se sont mises à crier et à scander des slogans. Un premier individu a été blessé à ce moment-là, il a été emmené plus tard en ambulance à l'hôpital", indique la police dans un communiqué. Les premières équipes de la police sont alors arrivées sur les lieux, tentant de séparer les parties. Comme les esprits ne semblaient pas se calmer, les agents ont fait usage de gaz lacrymogène.

Campagne pour la libération d'Abdullah Öcalan

Dans le courant de la soirée, la tension est cependant restée palpable dans le quartier, précisent les forces de l'ordre dans la nuit de vendredi à samedi, évoquant "quelques vitrines" de magasin brisées. Selon NavBel, Conseil des communautés kurdes en Belgique, l'incident aurait visé un bus dans lequel se trouvaient des personnes Kurdes. NavBel parle, dans un communiqué envoyé tard dans la soirée, d'une "attaque raciste et fasciste" perpétrée par des personnes turques, sur un bus transformé en bibliothèque mobile, dans lequel se trouvait une quarantaine de Kurdes, de Belgique mais aussi d'Allemagne et de France.

Ces personnes étaient présentes dans le cadre d'une campagne pacifique qui tourne dans différentes villes européennes, pour la libération d'Abdullah Öcalan. Le fondateur du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) est emprisonné en Turquie depuis 1999, et des rumeurs font récemment craindre une dégradation de son état de santé. Selon NavBel, il était prévu que le bus installe un stand informatif vendredi soir et samedi sur la Steenplein anversoise, dans le cadre de cette campagne récemment passée, sans incident, par Liège et Charleroi.

Selon l'organisation, une attaque avait été préparée, et le bus a été coincé par une voiture dans la Brederodestraat avant qu'une large bande d'individus ne s'en prenne au groupe de Kurdes. "La tournée en bus, les stands d'information et les activités parallèles avaient fait l'objet d'une demande et été autorisées par les autorités de la Ville", souligne NavBel, qui parle d'une campagne "autorisée" et "pacifique", qui "s'est déroulée dans toutes les villes précédentes de manière festive, avec de la musique et de la danse". "Il est temps que les autorités belges se prononcent de manière franche contre la violence et le racisme" qui sous-tendent des agressions comme celles de vendredi, ajoute encore NavBel.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK