Des fonctionnaires wallons vont travailler moins, d'autres vont gagner plus

Le ministre régional de la Fonction publique Christophe Lacroix propose une réforme du statut de certains fonctionnaires wallons
Le ministre régional de la Fonction publique Christophe Lacroix propose une réforme du statut de certains fonctionnaires wallons - © SOPHIE KIP - BELGA

Changements en perspective au sein du Service public de Wallonie (l’administration) et de certains organismes d'intérêt public de la région (comme le Forem ou la Société wallonne du logement).

Des changements qui figurent dans une nouvelle convention sectorielle que prépare le ministre de la Fonction publique, Christophe Lacroix (PS), et qui sera bientôt soumise pour approbation aux organisations syndicales.

Dans les prochains mois, certains fonctionnaires devraient alors voir leur charge de travail diminuer, d’autres leur salaire augmenter.

Métiers pénibles

La première mesure phare concerne les fonctionnaires de plus de 60 ans qui exercent des tâches réputées pénibles (ouvriers de voiries, éclusiers, femmes de ménage…)

Ils verront leur temps de travail réduit à 4 jours par semaine, sans perte de salaire et avec maintien des droits à la pension.

"On constate un plus haut taux d’absentéisme dans ces métiers pénibles, explique Christophe Lacroix. Nous avons donc eu une approche pragmatique et humaine de cette perte de productivité. D'une part, un allègement du temps de travail sans perte de salaire, et d’autre part des embauches compensatoires pour améliorer le service fourni aux citoyens."

Plus de 370 travailleurs seraient concernés dès 2017, d'autres ensuite, et leur 1/5 temps non presté sera en grand partie compensé par de nouveaux engagements.

Bas revenus

La deuxième réforme vise cette fois plus de 1300 fonctionnaires qui se trouvent au plus bas de l'échelle barémique. Ce niveau de rémunération va être supprimé, et ces agents vont donc passer dans la tranche supérieure. En fonction de l'ancienneté, le gain salarial estimé serait d'au moins 30 euros nets mensuels, de près de 250 euros dans certains cas.

"Il s’agit d’une avancée sociale importante, se félicite le ministre. C’est un geste en faveur du pouvoir d’achat de ces personnes, et donc aussi en faveur de l’économie wallonne."

Selon Christophe Lacroix, ces deux mesures seront financées grâce à une enveloppe de 5 millions d'euros dégagée lors du dernier conclave budgétaire du gouvernement wallon.

Ces propositions vont maintenant être présentées aux représentants du personnel. "C'est une avancée positive", a déjà commenté Michel Jacobs, secrétaire fédéral de la CGSP.

@RudyHermans

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK