Des députés wallons inquiets pour la base aérienne de Florennes

RTBF
RTBF - © RTBF

Les députés wallons Maxime Prévot, Christophe Bastin, Michel Lebrun et Stéphane Lasseaux (cdH) se disent indignés et déterminés à se mobiliser pour éviter un scénario catastrophe concernant la base aérienne de Florennes.

Le commandant de la base de Florennes a mis en exergue un déséquilibre linguistique dans les hautes sphères de l'armée et a annocé une possible fermeture de sa base.

"Nous ne mesurions pas l'importance d'un tel déséquilibre entre généraux francophones et néerlandophones. D'autre part, nous sommes déterminés à préserver la base de Florennes, premier employeur de la Province de Namur", a expliqué Maxime Prévot, chef de groupe cdH au parlement wallon.

Suite aux contacts établis avec les autorités militaires, le cdH affirme avoir pris connaissance d'un "faisceau d'indices pouvant se révéler inquiétants pour la survie de la base". Parmi ceux-ci, "le fait qu'aucune réflexion ne soit engagée sur le remplacement des F16, effectif en 2025, et surtout qu'aucun investissement n'ait été consenti à Florennes, constituant soit une négligence grave dans le chef de la hiérarchie de l'armée, soit le signe qu'il y a lieu de s'inquiéter face à une stratégie machiavélique", ajoutent successivement Michel Lebrun et Maxime Prévot.

Christophe Bastin a annoncé vouloir interpeller en commission le ministre de la Défense, Pieter de Crem, "pour savoir quand et comment il compte remédier au déséquilibre et obtenir des réponses sur les perspectives de Florennes à moyen et long terme".


Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK