Rassemblements des « Gilets jaunes » à Bruxelles: plus de 300 arrestations administratives

Ce dimanche d’élections a été marqué par des rassemblements de Gilets jaunes à la gare du Nord de Bruxelles et dans le centre-ville. Un appel à manifester circulait depuis quelques semaines sur les réseaux sociaux, mais les organisateurs n’avaient pas demandé d’autorisation. 

Au total, la police a procédé à plus de 300 arrestations administratives, mais le comptage n'est pas encore définitif.  La police fédérale des chemins de fer a également procédé de son côté à trois arrestations judiciaires avant la manifestation. Ces personnes ont toutefois été relâchées, a précisé la police.

Retour sur les événements

Début d'après-midi, près de 250 manifestants se sont rassemblés gare du Nord et ont été encerclés pendant plusieurs heures par la police en tenue d’intervention et équipés de canons à eau.

Alors que la police les confinait, des groupes se sont détachés du rassemblement principal, dont un qui a pris la direction de la Petite ceinture puis du piétonnier pour se diriger vers la Grand-Place de Bruxelles. 

Après avoir joué au jeu du chat et de la souris avec la police dans les rues autour de la Grand-Place, plusieurs personnes ont été arrêtées alors qu’elles se cachaient dans un magasin de montres.

Les images des « Gilets Jaunes » sur la Grand-Place, diffusées sur Facebook

En chemin, ils ont détruit du mobilier urbain, arraché quelques affiches et panneaux publicitaires et balancé des trotinnettes. Certains se sont aussi rendus au siège social du PS pour le bombarder de quelques projectiles et renverser des barrières nadar. 

Fin d'après-midi, les manifestants de la gare du Nord, toujours encerclés, ont été extraits du groupe, un à un, contrôlés, interpellés puis emmenés dans des bus. Une dizaine de mètres plus loin, une vingtaine de personnes scandaient « Libérez nos camarades ».

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK