Des bacteries pour guérir de l'asthme

Des bactéries pour guérir de l'asthme.
Des bactéries pour guérir de l'asthme. - © Tous droits réservés

Des chercheurs de l'Université de Liège proposent une thérapie assez originale. Ils mettent au point une thérapie cellulaire contre l'asthme à partir d'ADN de microbes. Dans un article publié dans la revue scientifique Immunity, ils expliquent qu'ils sont partis d'un constat simple: plus nous nous exposons aux microbes, moins nous développons de l'asthme.

Ils vivent autour de nous. Ils font partie de notre quotidien: ce sont les microbes. Ces microbes ou bactéries, peu ragoutantes à première vue, nous protègent,en fait, contre l'asthme. Mais selon que nous vivions à la ville ou à la campagne, nous n'y sommes pas exposés de la même façon. Les bactéries sont bien plus concentrées à la campagne. Résultat, les enfants des villes qui vivent dans des milieux aseptisés contractent plus facilement de l’asthme que les enfants des campagnes qui vivent, par exemple, dans une ferme.

En partant de ce constat qu’un excès d’hygiène génère une mauvaise immunité, Fabrice Bureau, professeur ordinaire à l’ULG et investigateur Welbio ( Walloon Excellence in Life Sciences and Biotechnology), et le Dr Thomas Marichal, chercheur qualifié au F.R.S-FNRS, ont observé que l'exposition à des composés de microbes modifiait l’immunité. Ils ont tout d’abord fait l’expérience sur des souris. Ils les ont exposées à de l’ADN bactérien. Très rapidement, ils ont constaté, que cela amplifiait le développement de macrophages, des cellules protectrices dans les poumons, très actives dans la prévention et le traitement de l’asthme chez la souris.

Pas question, de procéder pour l'homme comme avec les souris. Ces chercheurs ont décidé de fabriquer ces macrophages -cellules protectrices- in vitro. Ils traitent des cellules sanguines humaines avec de l’ADN bactérien. Le but est de créer des macrophages qui seront ensuite injectées dans les voies respiratoires des patients asthmatiques.

Ces chercheurs ont déposé un brevet pour protéger leur invention. Très bientôt ils vont commencer des études cliniques avec des patients asthmatiques.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK