Depuis 15 jours, les déplacements des Belges n’ont pas suffisamment baissé

Le 16 octobre dernier, le comité de concertation décidait, entre autres, la fermeture totale des bars et restaurants ainsi qu’un couvre-feu de minuit à 5h (rallongé depuis en Wallonie et à Bruxelles), la limitation stricte des contacts rapprochés (1 par mois hors foyer), les rassemblements privés étaient limités à 4 personnes, le télétravail devenait la "règle".

Comment ces nouvelles règles (qui ont été durcies) ont-elle fait évoluer nos déplacements ? La société américaine Apple propose depuis le printemps des données anonymisées des déplacements, partout dans le monde, pour analyse en cette période de coronavirus. Si depuis la fin septembre, la tendance est à la baisse, celle-ci reste encore limitée. Selon les données de la société californienne, nos déplacements ont commencé à baisser à partir de la fin du mois de septembre.

Sur ces infographies ci-dessus, le 100 correspond à une période dite de référence (le 13 janvier 2020). On constate donc qu’au début octobre, au niveau national, la marche connaît une chute très spectaculaire : elle s’explique par la météo. A la même période, les déplacements en transports et en voiture suivent une courbe négative relativement similaire (en partant de plus bas), avant de légèrement se stabiliser, puis de descendre à nouveau. Il est donc clair qu’entre la fin septembre et la fin octobre, les Belges ont réduit le nombre de leurs déplacements.

Mais derrière ces courbes qui vont dans le bon sens d’un point de vue épidémiologique, il y a des éléments à pointer. Concentrons-nous sur la période entre le lundi 12 et le vendredi 23 octobre, en Wallonie et à Bruxelles.

Pourquoi le 12 octobre ? Pour pouvoir comparer l’avant et l’après fermeture-de-l’horeca-couvre-feu-etc. Et que constate-t-on ? Que la baisse de nos déplacements est assez relative, singulièrement pour les déplacements en voiture.

3 images
© Tous droits réservés

Le grand "perdant" dans les modes de déplacement, c’est, sans guère de surprise, le transport en commun. Avec une chute de 25%, la baisse est très significative en province du Hainaut et de Liège (les seules pour lesquelles Apple dispose de données). A Bruxelles, même constat, avec 17,8% de trajets en moins répertoriés. La marche, très dépendante de la météo, est également en baisse, au centre et au sud du pays.

Cependant, les chiffres des trajets en voiture posent question. Sur deux semaines, leur nombre a baissé de quasi 10% à Bruxelles, mais de seulement 6,6% en Wallonie. Les Wallons (et aussi les Bruxellois) se déplacent encore trop, et avec eux, possiblement, le virus…

L’autre géant de la téléphonie mobile, Google, propose également une série de données complémentaires à celles d’Apple, concernant la fréquentation de différents lieux (commerces, loisirs, alimentation, lieux de travail, arrêts de transports en commun). Ici aussi les données sont anonymisées et mises à jour toutes les semaines.

Comme chez Apple, Google part d’une période de référence, comme l’explique le géant californien. Si l’on choisit la période du 13 au 23 octobre, sur l’intégralité du territoire belge, l’on constate que la présence dans les commerces et loisirs (en ce compris l’horeca) passe de -19% (par rapport à la référence) à -41%. Plutôt logique. Par contre, la présence aux arrêts des transports en commun n’évolue guère (de -22% à -25%), comme l’occupation des lieux de travail (de -21% à -26%). Dans le sens inverse, la mobilité pour les lieux d’habitation progresse (de +8% à +13%). Ces tendances sont les mêmes en Wallonie et à Bruxelles.

Conclusion

Nous nous déplaçons encore beaucoup trop. Lors du confinement du printemps dernier, les chiffres collectés par Apple montraient, par rapport à la date de référence, une chute des déplacements supérieurs à 80% pour les transports en commun, au-dessus des 60% pour la voiture, autour des 40% pour la marche.

3 images
© Apple

Actuellement, pour ces trois critères, nous sommes encore trop haut : entre -10 et -14%. Alors que la circulation du virus est très active sur notre territoire. Il faudra impérativement limiter celle-ci dans les jours et semaines à venir. Et cela passe par une limitation de nos déplacements.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK