Dépistage du cancer du sein: le MR demande à De Block de revoir son arrêté sur les remboursements

Dépistage du cancer du sein: le MR demande à De Block de revoir son arrêté sur les remboursements
Dépistage du cancer du sein: le MR demande à De Block de revoir son arrêté sur les remboursements - © ANNE-CHRISTINE POUJOULAT - AFP

Le président du MR demande lundi que la ministre fédérale de la Santé Maggie De Block (Open vld) modifie les nouvelles règles controversées concernant le remboursement des examens de dépistage du cancer du sein qui doivent normalement entrer en vigueur ce 1er avril.

Ces nouvelles dispositions, qui restreignent sensiblement les possibilités de remboursement des tests de dépistage, ont suscité pas mal d'émoi le week-end dernier. Une pétition sur internet demandant l'abandon des mesures envisagées a rassemblé plusieurs milliers de signatures déjà.

Face à la polémique, le MR a pris lundi clairement ses distances.

"Cet arrêté royal, publié récemment, a été adopté sans concertation au sein du gouvernement", assure le président du MR, Olivier Chastel. "Et même s'il est le fruit d'une réflexion menée depuis plusieurs années avec les acteurs de la santé, le MR n'est pas convaincu par les arguments développés en matière de dépistage. Le MR ne peut donc pas soutenir cet arrêté royal".

Selon Olivier Chastel, le cabinet du Premier ministre Charles Michel a déjà pris contact à ce sujet avec le cabinet de la ministre de la Santé.

Supprimer le remboursement du dépistage du cancer du sein pour les femmes de moins de 45 ans

L'arrêté royal en question prévoit, sauf exceptions, de supprimer le remboursement du dépistage du cancer du sein pour les femmes de moins de 45 ans et de plus de 74 ans.

De plus, entre 45 et 50 ans, seul un dépistage annuel serait conseillé et remboursé. Entre 50 et 74 ans, ce ne serait plus qu'un seul dépistage tous les 2 ans seulement.

Dans l'opposition, le PS a lui aussi dénoncé le projet. "Le cancer du sein est le cancer le plus fréquent et on sait qu'un cancer diagnostiqué plus tôt entraîne des traitements plus légers et augmente de manière très importante les chances de guérison qui peuvent alors atteindre 100%".

"L'obsession des économies de ce gouvernement ne peut en aucun cas motiver une réforme de la prévention du cancer du sein! Le dépistage doit rester une priorité de Santé publique!", martèle ainsi le PS.

Reportage du JT 13h de ce mardi 12 mars sur la suspension de l'arrêté polémique:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK