Dépénalisation de l'IVG : le projet de loi va-t-il assez loin ?

Dépénalisation de l'IVG : le projet de loi va-t-il assez loin ?
Dépénalisation de l'IVG : le projet de loi va-t-il assez loin ? - © SISKA GREMMELPREZ - BELGA

Les débats sur l’IVG reprennent ce mardi en commission Justice du Parlement. Le PS, DéFI, Ecolo-Groen, le sp.a et le PTB ont déposé un texte commun, dans lequel il est demandé que l’on sorte du code pénal le chapitre consacré à l’IVG. Parmi les mesures complémentaires, il y a notamment la question du délai de réflexion, qui passerait de 6 jours à 48h et serait réduit à néant en cas d’urgence. Ou encore le délai pour l’avortement, qui passerait de douze à dix-huit semaines.

Une vingtaine d’experts ont été entendus, ils ont pour la plupart lancé un appel à l’élargissement des conditions d’accès à l’avortement. Mais dans le même temps, la majorité, rejointe par le cdH, a déposé une proposition de loi. Plus restrictive, elle est loin de faire l’unanimité.

Une carte blanche publiée dans Le Soir de ce lundi, qui rassemble des dizaines de signataires, dénonce même un quasi copié/collé de la loi actuelle, conservant des sanctions pénales et continuant à criminaliser les femmes.

Pour en parler, Marie Vancutsem reçoit autour de la table de "Débats Première" ce lundi 9 juillet en direct dès 12h sur La Première, Karine Lalieux, députée fédérale PS, Sylvie Lausberg, présidente du Conseil supérieur des femmes francophones et directrice du département Etude & Stratégie du Centre d'Action Laïque, Ann Verougstraete, gynécologue à la VUB-Dilemma et à l’ULB et David Clarinval, député fédéral MR.

Donnez-nous votre avis

On attend vos réactions :

  • Par téléphone au 02/737.37.07
  • Sur Facebook
  • Sur Twitter avec le #Débats1
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK