Dépénalisation de l'IVG : le Centre d'Action Laïque déplore le "peu de souci du droit des femmes"

Le Centre d’Action Laïque (CAL) a déploré jeudi le nouveau report du vote de la proposition de loi sur l’avortement fondé sur "des considérations politiques qui ont peu à voir avec le souci du droit des femmes".

Le texte représente une "immense avancée dans le droit des femmes, en particulier les plus vulnérables qui peinent souvent à mettre fin à une grossesse non désirée dans la limite de 12 semaines de la loi actuelle", a souligné le CAL.

Le Centre accuse les opposants à la proposition de faire preuve "d’un mépris total des femmes et de leur libre arbitre".


►►► À lire aussi : L’heure d’une dépénalisation complète de l’avortement est-elle venue en Belgique ?


"La manœuvre dilatoire de ce 2 juillet est une gifle à la démocratie, mais en gagnant aujourd’hui un délai, de grands partis d’Etat comme le CD&V et le cdH perdent à terme la partie. C’est-à-dire le respect que tant de Belges, hommes comme femmes, et de tout bord, ont eu pour eux et pour leur vision du pays. Cette manœuvre dilatoire n’en est pas digne", a-t-il ajouté.

"Le Centre d’Action Laïque restera mobilisé, aux côtés des femmes de ce pays, pour faire aboutir favorablement ce dossier. Il n’oubliera en tout cas pas que d’aucuns auront sacrifié le droit de femmes à des médiocres calculs politiques", a-t-il conclu.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK