Démission de Charles Michel: "C'était une motion de vengeance", dénonce Denis Ducarme (MR)

Denis Ducarme (MR): ce n'est "pas une bonne idée de demander aux Belges de voter 3 fois en 6 mois"
Denis Ducarme (MR): ce n'est "pas une bonne idée de demander aux Belges de voter 3 fois en 6 mois" - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

La décision du Roi n'est toujours pas connue suite à l'annonce de la démission du Premier ministre Charles Michel. Pourquoi a-t-il décidé de démissionner ? Va-t-on vers des élections anticipées à quelques mois à peine des élections prévues ? Le ministre fédéral MR Denis Ducarme répond à ces questions au micro de La Première. 

Une annonce de motion de méfiance qui a mis le feu aux poudres

Il pointe tout d'abord du doigt la motion de méfiance annoncée par le sp.a et le PS, cosignée par les Verts, et qui a pesé sur la décision de Charles Michel de démissionner. "C'était une motion de vengeance", assure Denis Ducarme. "La position du Premier ministre était très claire dans sa volonté de collaborer avec le Parlement, de lui laisser la main dans des matières très concrètes. Par exemple, comment agir pour faire baisser la facture d'électricité ?" Il ajoute : "Ce n'était pas une position de façade, elle était très concrète. Mais nous n'allions pas discuter avec l'opposition avec un fusil sur la tempe [la motion de méfiance, NDLR]".

Selon le ministre des Classes moyennes, cette crise est le résultat d'un "schéma politique qui n'est pas suffisamment mature". "Nous avons assisté à une motion de vengeance", répète-t-il, "et c'était très perceptible sur les bancs du PS, mais aussi d'Ecolo."

De son côté, l'opposition pointe un Premier ministre qui a perdu "sa crédibilité" à force de "changer son discours de jour en jour", et qui paie aujourd'hui son alliance avec la N-VA. Denis Ducarme balaie cette critique d'un revers de main : "On paie le fait que la Belgique va à l’ONU, va pouvoir signer ce pacte des migrations. C’était une question de principe, une question de valeurs".

Ca ne doit pas se transformer en un référendum grandeur nature sur la migration

Quant aux rapports avec la N-VA, il précise ne "pas renier le travail qui a été fait pendant 4 ans" mais, martèle-t-il, "la N-VA est devenue la marionnette du Vlaams Belang depuis les élections communales."


►►► A lire aussi: Démission de Charles Michel: vers des élections anticipées ou un gouvernement en affaires courantes?

 


Que va-t-il se passer maintenant ? "Le Roi va consulter et il faut lui laisser le temps de consulter", déclare Denis Ducarme. Provoquer des élections anticipées est toutefois impossible sans l'aval du gouvernement. Le MR va-t-il voter la dissolution des chambres pour provoquer des élections anticipées ? "Je ne pense pas que ce soit une bonne idée de demander aux Belges de voter trois fois en un peu plus de six mois. Et ça ne doit pas se transformer en un référendum grandeur nature 'pour' ou 'contre' la migration", conclut-il.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK