Demotte juge prématuré tout nouveau transfert de compétences vers la Région wallonne

Le ministre-président de la Région wallonne, Rudy Demotte
Le ministre-président de la Région wallonne, Rudy Demotte - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

Le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Rudy Demotte, juge prématuré tout débat sur un nouveau transfert de compétences de la Fédération vers la Région wallonne, comme préconisé notamment par ministre-président wallon, Paul Magnette.

Interrogé lundi par Belga dans les couloirs du Parlement, M. Demotte estime qu'il convient, avant de lancer ce nouveau débat, de mettre d'abord pleinement en oeuvre la sixième réforme de l'Etat et ses déclinaisons francophones.

"Pour marcher, il faut mettre un pied devant l'autre", insiste le ministre-président francophone qui rappelle notamment que l'organe de concertation prévu par les accords intra-franchophones de la Sainte-Emilie de 2013 n'a toujours pas été mise sur pied à ce jour.

Pour lui, avant de se lancer dans ce type de débat institutionnel, les responsables politiques du sud du pays doivent d'abord faire aboutir tout un "travail en amont", à savoir stabiliser et renforcer l'emploi, assurer la qualité du système éducatif, et lutter contre le radicalisme.

"Ce sont là les questions essentielles de notre temps", objecte M. Demotte.

S'il se dit toutefois prêt à éliminer l'une ou l'autre "scorie" dans l'organisation actuelle des compétences de la Fédération, le ministre-président insiste sur le "rôle fédérateur" important joué par la Fédération, notament en matière de lutte contre le radicalisme ou le débat sur les valeurs.

"La Fédération a fait la démonstration de son utilité. C'est un pont relationnel entre les Régions de Bruxelles et de Wallonie!".

Quant au souhait de Paul Magnette de voir le Parlement de Wallonie mettre sur pied en septembre prochain une commission spéciale chargée d'étudier les compétences à transférer vers Namur, M. Demotte se veut prudent.

"S'il y a des demandes communes, un large consensus entre francophones bruxellois et wallons, on verra", dit-il. "Mais à ce stade, il n'y a pas de vision claire".

Interrogé lundi matin au micro de Bel-RTL, le ministre-président wallon Paul Magnette s'est prononcé pour une "simplification" du paysage institutionnel francophone, "un peu compliqué aujourd'hui", selon lui.

Le mois dernier dans la presse écrite, le Carolo avait déjà confié réfléchir au transfert de certaines compétences de la Fédération -notamment en matière de sports, de santé, de jeunesse ou de promotion sociale- vers la Région wallonne.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK