Démission d'Ihsane Haouach: elle sera entendue par la Sûreté la semaine prochaine

Selon nos confrères du Soir et de La Libre, les premières informations ont fuité concernant le rapport de la Sûreté de l'Etat sur Ihsane Haouach.

Ces informations permettent d'éclaircir, en partie, la démission de l'ancienne commissaire du gouvernement à l'Institut pour l'égalité des femmes et des hommes intervenue ce vendredi de manière assez soudaine.

Or, selon les sources du Soir, le rapport affirmerait qu'Ihsane Haouach n'est pas membre des Frères musulmans. Cette note assure néanmoins qu'elle a eu des contacts avec des membres de l'organisation, sans conclure qu'elle en était consciente. Il est d'usage, pour les Frères musulmans, de ne pas se faire connaître des personnes qu'ils rencontrent.

Il reste donc à déterminer si l'ancienne commissaire était au courant de l'appartenance de ces personnes au groupe. Aussi, ce rapport n'a pas été commandé par le gouvernement, mais réalisé à l'initiative des services de renseignement eux-mêmes.


►►► À lire aussi : Affaire Ihsane Haouach : pour le Premier ministre, "cela ne doit plus se reproduire"


La Libre a également précisé que l'ancienne commissaire sera entendue cette semaine par la Sûreté de l'Etat. Le quotidien indique que la note contient des informations rapportées par des tiers et qui concernent la participation de Ihsane Haouach à plusieurs réunions et autres repas organisés par des associations ou autres qui auraient des liens avec les Frères musulmans. Une partie de ces informations serait au conditionnel. Mme Haouach sera entendue par la Sûreté cette semaine pour clarifier sa position et la confronter aux informations partielles que contient le rapport de la sûreté, ajoute le quotidien sur son site internet.

Après avoir été au centre d'une polémique pour des propos tenus dans Le Soir, elle avait présenté sa démission ce vendredi, en évoquant des raisons personnelles. Peu après, Le Soir révélait que des informations faisant état de liens éventuels entre Ihsane Haouach et les Frères musulmans étaient remontées au gouvernement via les services de renseignement. 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK