Démission d’Ihsane Haouach : elle invoque des raisons personnelles et nie tout lien avec les Frères musulmans

Ihsane Haouach a démissionné vendredi de son poste de commissaire du gouvernement auprès de l’Institut pour l’égalité entre les femmes et les hommes, après plusieurs semaines de polémiques. Mais quels sont les éléments qui l’ont poussée vers la sortie ? Des raisons personnelles, ou de potentiels liens avec les Frères musulmans ?

Dans sa lettre de démission, adressée à la secrétaire d’État à l’Égalité des chances, Sarah Schlitz (Ecolo), Ihsane Haouach évoque “de violentes attaques qui n’ont été qu’en s’amplifiant” depuis sa nomination. “Ce contexte de défiance et de violence à mon égard, écrit-elle, rend impossible l’exercice de ma fonction de manière efficiente".

Un "faisceau de suspicions" sur ses liens avec les Frères musulmans

Mais, selon le journal Le Soir, si ces éléments de harcèlement ne sont pas contestables, un autre élément a joué. Le quotidien affirme que des informations faisant état de liens éventuels entre Ihsane Haouach et les Frères musulmans sont remontées au gouvernement. Des informations qui circulaient au sein des services de renseignement.

Selon plusieurs sources gouvernementales, elles ont été jugées suffisamment crédibles pour aller dans le sens d’une démission. Une source de sécurité confirme, évoquant un 'faisceau de suspicions', sans conclure à un lien parfaitement établi”, précisent nos confrères.

Selon nos informations, le Premier ministre Alexander De Croo, le ministre de la Justice Vincent Van Quickenborne, et la secrétaire d'Etat Sarah Schlitz elle-même, ont eu accès à ces informations dès jeudi soir. La démission de l'éphémère commissaire du gouvernement est intervenue le lendemain.

George Louis Bouchez "pas surpris"

George Louis Bouchez, président du MR, opposé depuis le début à la nomination de la commissaire a réagi : “Je suis surpris qu’on soit surpris. Ça fait des semaines que ce genre d’informations filtraient, donc ce n’est quand même pas quelque chose d’inconnu, en tout cas par rapport à un certain militantisme, une certaine proximité avec des personnes qui militent pour des principes religieux qui dicteraient ou qui influenceraient la conduite de l’Etat et de la société.

Le député fédéral George Dallemagne (CDH) indique pour sa part qu’il souhaiterait prendre connaissance du rapport des services de renseignement : "C’est, semble-t-il, un rapport qui a été demandé par le gouvernement, il devrait être transmis au parlement".

Le député rappelle que les Frères musulmans "ont le même agenda que les salafistes, c’est-à-dire diviser la société, avoir un islam replié sur lui-même. Ils ont une vision ultra-communautariste de la société. Ces gens sont dangereux pour la démocratie."

La secrétaire d'Etat Ecolo mise en cause

Si les liens étaient avérés, poursuit George Dallemagne, "il y aurait une responsabilité politique grave dans l’embauche d’Ihsane Haouach par la secrétaire d'Etat Sarah Schlitz. Je ne dis pas qu’il faut un rapport de la Sûreté de l’Etat de manière systématique mais il faut qu’on regarde si les opinions aussi affirmées de Madame Haouach sont compatibles avec un tel poste."

Le regard de George Louis Bouchez se tourne aussi vers la secrétaire d’Etat : “Il faut en savoir plus par rapport au casting organisé par Sarah Schlitz parce que soit il n’y a pas eu de vérification adéquate, soit alors qu’on savait tout ça, ce choix a quand même été posé donc, dans les deux cas, ça interroge sur le travail de la secrétaire d’Etat.”

Contactée par nos soins, Sarah Schlitz n'a pas souhaité réagir.

Dès le début, le MR s’est opposé à la nomination d’Ihsane Haouach à ce poste. Pour les libéraux, le fait qu’une femme portant le voile devienne commissaire du gouvernement est contraire au principe de neutralité de l’Etat.

Une polémique qui n’a fait qu’enfler

La polémique a encore enflé à la suite d’une interview donnée par l’intéressée au journal Le Soir. Elle y évoque la séparation de l’Eglise et de l’Etat et se demande comment la décliner avec un changement démographique. Pour plusieurs partis d’opposition, ainsi que le MR dans la majorité, elle relativisait ainsi un principe fondamental.

Jeudi, en séance plénière de la Chambre, le Premier ministre Alexander De Croo a averti la commissaire du gouvernement : '"Il n’y a pas de marge pour de nouveaux incidents".

Ce vendredi Ihsane Haouach a donc fait un pas de côté. Elle nie tout lien avec les Frères musulmans.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK