Démantèlement d’un réseau de cigarettes de contrebande : 45 personnes arrêtées

C’est la plus grosse opération jamais réalisée par les douanes en Belgique. À l’aube ce matin, plus de 150 douaniers et policiers ont démantelé un réseau de 10 ateliers et sites de stockage de cigarettes de contrebande à Charleroi, Leuze-en-Hainaut, Frasne-lez-Anvaing, Aartselaar (sud d’Anvers), Tongres, Eeklo, notamment. À ce stade, 45 personnes ont été interpellées dans tout le pays, des dizaines de millions de cigarettes et plusieurs dizaines de tonnes de tabac ont été saisies. Ce sont des chiffres encore provisoires, l’inventaire est toujours en cours.

Le site de Aartselaar était particulièrement bien équipé. En pleine zone commerciale entre plusieurs grandes enseignes, le long de l’A12, un entrepôt anonyme abritait une véritable ligne de production de cigarettes et de quoi y vivre.

5 images
L’atelier de Aartselaar pouvait produire des cigarettes de la feuille de tabac brute à l’empaquetage dans des imitations de paquets de Marlboro, Richmond, Prince, Regina,… © RTBF

Pour les enquêteurs, la descente sur les lieux est un "bingo", comme on dit dans le jargon : les machines tournaient à plein régime quand ils sont intervenus, plusieurs travailleurs étaient sur place, certains dormaient, d’autres étaient occupés à la production. 17 personnes ont été interpellées là.

Dans le bâtiment, tout était à disposition pour fabriquer des cigarettes de A à Z : filtres, feuilles, paquets, colle, et évidemment, le tabac. "Ici, le tabac est séché dans les machines, écrasé et mis dans le papier d’emballage, explique Kristiaan Vanderwaeren, responsable des douanes. Ensuite, le filtre est fixé et le produit final est emballé, après quoi il peut être expédié sur le marché. Différentes marques sont imitées, mais il s’agit toujours du même produit, seule l’étiquette est différente".

5 images
Une pièce et cette machine étaient dédiées au séchage des feuilles de tabac avant la découpe. © RTBF

Sur place, les douaniers ont, effectivement, découvert un atelier bien organisé : une salle dédiée au séchage des feuilles de tabac, une autre à la découpe et à l’entubage, une dernière à l’emballage. Des piles de caisses de faux paquets de Marlboro, de Richmond, de Prince et de Regina y étaient stockées jusqu’au plafond. 

Antonio Gallo, de l’Office Européen de la lutte antifraude est descendu sur place constater la prise : "D’après ce que je vois ici, à première vue, c’est un des plus gros sites démantelés ces dernières années. La capacité de production est très importante, je vois des tonnes de tabac brut, on parle de dizaines de millions de cigarettes".

Et cet enquêteur de l'Office Européen ne s'y trompe pas. Les premières estimations des douanes évaluent le butin à plus de 21 millions de cigarettes et 17 tonnes de tabac saisis. 

5 images
Des tonnes de tabac brut ont été retrouvées sur place © RTBF

Derrière les salles de production se trouvaient des dortoirs de fortune, une cuisine et des sanitaires. L’atelier tournait 24 heures sur 24. Les ouvriers, originaires principalement d’Ukraine, de Roumanie et de Bulgarie, yvivaient sur place dans des conditions de misère.

5 images
Les ouvriers vivaient sur place des dans conditions précaires. L’atelier de Schelle tournait 24h/24 © RTBF

En tout, les douanes ont visité 10 sites en Belgique en même temps ce matin. Ils appartenaient au même réseau. Quatre étaient des ateliers de production (Aartselaar, Tongres, Eeklo et Frasnes-lez-Anvaing), les autres étaient des entrepôts de stockage.

Toujours selon les premières estimations des douanes, le tabac et les cigarettes saisis sur l'ensemble des sites représentent de plus de 21 millions d'euros de manque à gagner en accises et TVA.
 

5 images
150 douaniers et policiers ont participé au démentiellement du réseau à l’aube. C’est la plus grosse opération jamais réalisée par les douanes belges. © RTBF

La contrebande de cigarettes en croissance en Belgique

La production illégale de cigarettes est en croissance en Europe et en Belgique. "Vu l’augmentation des accises sur les produits du tabac et l’amélioration de la sécurité du commerce des cigarettes légales, nous constatons une augmentation significative de la production illégale", expliquent les douanes belges.

Rien que l’année dernière, 400 millions de cigarettes illégales ont été saisies en Belgique, c’est presque quatre fois plus que deux ans auparavant. De plus en plus elles sont fabriquées dans des lieux différents, les trafiquants divisent leurs activités pour moins attirer l’attention, ce qui complique le travail des enquêteurs et explique cette opération sur 10 sites différents ce matin.

Souvent ces cigarettes sont destinées à la France ou au Royaume-Uni où les accises sont plus élevées que chez nous et les paquets coûtent plus cher en conséquence.

Dangereuses pour la santé

Ces cigarettes contrefaites contournent bien sûr les accises, c’est un manque à gagner pour les finances publiques. C’est un problème fiscal, mais pas seulement pour le responsable des douanes M. Vanderwaeren, "c’est aussi un problème de santé. La qualité du tabac est très mauvaise, il peut contenir des métaux lourds, et le filtre n’est pas de bonne qualité. Ces cigarettes sont très bon marché, mais très mauvaises pour la santé. Donc, en tant que consommateur, ne les achetez pas !".

Les douanes précisent que les cigarettes illégales sont notamment vendues en ligne, ce qui est interdit en Belgique, et se reconnaissent au prix beaucoup plus bas, que les légales, auquel elles sont vendues.

Sujet JT du 04/08/2021 :

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK