Demandeurs d'asile: le nombre de places va presque doubler d'ici fin 2015

Demandeurs d'asile: le nombre de places va presque doublé d'ici fin 2015
Demandeurs d'asile: le nombre de places va presque doublé d'ici fin 2015 - © Tous droits réservés

D'ici fin 2015, la capacité d'accueil des demandeurs d'asile sera passée de 16 200 à 28 200 places en Belgique. C'est ce qu'a annoncé le secrétaire d'Etat à l'Asile et la Migration en conférence de presse ce vendredi matin à l'occasion de la rentrée du gouvernement fédéral. 

Pour l'instant, le gouvernement annonce 5000 nouvelles places d’accueil et 1600 places d'urgence. Parmi elles, 400 seront créées à la caserne de Damme, en Flandre-Occidentale, d'autres dans la caserne d'Elsenborn, en province de Liège. Une extension du nombre de places est également prévue au niveau de la Croix-Rouge et auprès des CPAS. Une concertation publique est prévue. 

"Il y a une décision de libérer une réserve de 10 000 places en plus pour avril-mai de l'année prochaine si c'est nécessaire", a ajouté Theo Francken (N-VA).  

Face à l'afflux des migrants dans notre pays ("500 migrants lundi, ça ne cesse d'augmenter"), le secrétaire d'Etat estime que "nous pouvons parler d'exode" et va même jusqu'à dire que "c'est la plus grande crise migratoire depuis la Seconde Guerre mondiale".

Le Premier ministre, Charles Michel (MR) a précisé vouloir "une dimension de fermeté, de rigueur dans notre approche, et d'humanité" dans ce dossier. Et Theo Francken de préciser : "Doux pour les plus vulnérables, fermes pour ceux qui abusent".

Et les propos de Bart De Wever ?

Quant aux propos du président de la N-VA tenus jeudi soir lors de l'émission Terzake sur la VRT, "il est normal qu'on ait des opinions et qu'on les exprime", a déclaré Charles Michel tout en précisant que "c'est autour de la table que chaque parti peut défendre un point de vue sur tous les dossiers". Et d'ajouter : "On communique quand il y a des décisions, ni plus ni moins".

Le Vice-Premier ministre, Jan Jambon (N-VA), a conclu le sujet par ceci : "On a entendu l'opinion de notre président. Les discussions du gouvernement ne sont pas la copie d'un programme politique"

 

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK