Demande de paternité présentée par une Belge visant le roi Juan Carlos

Demande de paternité présentée par une Belge visant le roi Juan Carlos
Demande de paternité présentée par une Belge visant le roi Juan Carlos - © DANI POZO - BELGAIMAGE

Le tribunal suprême espagnol a accepté d'examiner une demande de recherche en paternité présentée par une Belge visant Juan Carlos I, ayant abdiqué en juin 2014 au profit de son fils Felipe VI, perdant de ce fait son immunité totale.

Il s'agit de la première action judiciaire visant Juan Carlos I, 77 ans dont les dernières années en tant que chef de l'Etat ont été ternies par les scandales, entre parties de chasse aux éléphants constestée en Afrique et ennuis de sa fille l'infante Cristina, 49, poursuivie par la justice, pour une affaire de corruption impliquant directement son mari.

La chambre civile du tribunal "a accepté d'examiner une des demandes en reconnaissance de parternité visant Don Juan Carlos de Bourbon. Il s'agit de la demande d'Ingrid Jeanne Sartiau", a déclaré une porte-parole du Tribunal suprême. En revanche, l'autre demande, déposée par Alberto Sola Jimenez, a été rejetée, a affirmé le tribunal.

En 2012, deux tribunaux civils avaient rejeté ces requêtes, au nom de l'article 56 de la Constitution, selon lequel "la personne du roi est inviolable et n'est pas sujette à responsabilité" devant la justice.

Cette inviolabilité n'est cependant plus applicable depuis qu'il a abdiqué, même s'il reste à l'écart de la justice ordinaire, suite à l'adoption par le Parlement d'une loi lui conférant encore une certaine immunité, et prévoyant qu'il ne peut être jugé que par le Tribunal suprême.

Affaibli par les ennuis de santé, usé par les scandales, Juan Carlos, a laissé le 18 juin 2014 la place à son fils, Felipe VI, nouveau roi d'Espagne âgé de 46 ans.

Selon la presse, la Belge Ingrid Jeanne Satiau et Alberto Sola Jimenez ont décidé de déposer une demande de reconnaissance de paternité en Espagne, après avoir réalisé des tests ADN assurant qu'ils sont frère et soeur à 91%.

Dans un entretien accordé au Soir Magazine, en Belgique, en 2014, Mme Satiau a évoqué un second test qui s'est avéré négatif, sans remettre cependant en question sa conviction sur la paternité de Juan Carlos.

Mme Satiau a commencé à enquêter sur cette hypothèse lorsque sa mère lui a dit un jour, en voyant le roi d'Espagne apparaître à la télévision: "Cet homme est ton père".

En faisant des recherches, elle a fini par rencontrer M. Sola, un enfant adopté, qui revendique la paternité du roi. Il a affirmé que sa mère biologique, fille d'un banquier connu à Barcelone, avait eu une relation avec le souverain, selon la presse.

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK