Delphine Boël veut faire établir que le Roi est son père

Delphine Boël veut faire établir que le Roi est son père
3 images
Delphine Boël veut faire établir que le Roi est son père - © Tous droits réservés

Delphine Boël attaque. La fille naturelle du Roi veut prouver qu'elle est bien sa fille légitime. Elle riposte donc via les moyens légaux et cite à comparaître le prince Philippe, le Roi et même son père adoptif Jacques Boël qui l'a déshéritée. Une audience a eu lieu ce lundi matin au tribunal de première instance de Bruxelles.

"Je suis totalement écœurée, totalement écœurée. Mais je pense que le sang peut faire des miracles". C'était il y a 3 mois. Delphine Boël s'exprimait sur le plateau de "Sans Chichis" en télévision.
 
Le sang doit parler et surtout l'ADN. L'ADN du prince Philippe en l'occurrence. En clair Delphine Boël veut prouver qu'il est son frère, et qu'elle est donc bien la fille d'Albert II. Car il n'est pas possible de viser le roi en personne. "Il fait beau, profitez du soleil", commente, à notre micro, le prince Philippe, qui botte en touche.
 
Le Palais royal s'est refusé de commenter l'information révélée dans le journal télévisé de la mi-journée de la RTBF tout en précisant que le roi Albert II, le prince Philippe mais aussi la princesse Astrid avaient reçu une citation à comparaître devant le tribunal de première instance de Bruxelles.
 
Pour le constitutionnaliste Marc Uyttendaele, "engager cette procédure revient en fait à engager la responsabilité du Roi et partant à démontrer le fait qu'il eut du reconnaître l'un de ses enfants naturels. Et ça, en droit constitutionnel belge, c'est radicalement impossible. Alors peut-être est-il possible de contourner cet écueil en faisant référence à certaines dispositions de droit international..."
 
En l'occurrence à la convention européenne des droits de l'homme qui met sur le même pied les enfants naturels et légitimes.
 
Il y a peu Jacques Boël a déshérité sa fille. Est-ce l'élément déclencheur ? Delphine Boël a toujours souhaité une reconnaissance à l'instar de Mazarine, la fille de François Mitterrand : "Je ne comprends pas ce silence et cette façon de gérer l'histoire. Je pense que la situation serait beaucoup plus facile si mon père et moi on se voyait tout à fait normalement", souligne-t-elle.
 
Le tribunal de Première instance a reporté l'affaire au 25 juin prochain.
 
"Couper le cordon"

Delphine Boël est âgée aujourd'hui de 45 ans. Elle est plus jeune que les princes Philippe et Laurent et que la princesse Astrid. Elle a longtemps vécu à Londres, pour revenir en Belgique il y a dix ans ans, comme mère de famille et, toujours, comme artiste.

Delphine Boël s'est spécialisée dans les sculptures en papier mâché, dont un pull de toutes les couleurs qui la représente. Dans ses oeuvres, la provocation se mêle à l'auto-dérision. L'année dernière, à la demande d'une grande société internationale, elle a créé des briquets. A la base de l'un d 'entre eux, elle a dessiné les trois couleurs nationales.

De la Belgique et de la famille royale, tantôt elle tente de se rapprocher, tantôt, elle s'en éloigne.

Il y a cinq ans, Delphine Boël publie aux éditions Luc Pire une autobiographie sous la forme d'un livre d'art. Le titre: "Couper le cordon", un titre explicite. Elle avait été exclue du gala du 175ème anniversaire du pays. Elle ne veut plus vivre avec ça dans la tête, dit-elle alors.

Eloignement d'un côté, tentative de rapprochement de l'autre. Ses demandes de rencontrer des membres de la famille royale sont restées sans suite, sinon des contacts avec Laurent.

Dans ses déclarations, un mot-clé: la vérité, elle a grandi, dit-elle, avec un problème de vérité. Son ascendance a été révélée au grand public en 1999, dans un livre sur la Reine Paola. Fille de Sybille de Selys Longchamps et d'un père naturel, le prince Albert de Belgique, mais elle porte le nom de son père légal : Jacques Boël.

 
Radia Sadani et Dominique Delhalle
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK