Deliveroo attaque deux de ses coursiers en justice

Deliveroo attaque deux de ses coursiers en justice
Deliveroo attaque deux de ses coursiers en justice - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

La société de livraison de repas à vélo Deliveroo attaque deux de ses coursiers en justice, écrit samedi le groupe Sudpresse. La plateforme conteste un avis de la Commission administrative de règlement de la relation de travail (CRT, SPF Sécurité sociale), qui estime que le travail de coursier relève du salariat.

Deliveroo a envoyé cette semaine une citation à comparaître devant le tribunal du travail de Bruxelles à deux de ses coursiers. L'entreprise conteste un avis de la CRT rendu en mars dernier. L'organe avait été sollicité par les deux coursiers pour demander si le travail pour Deliveroo relevait du salariat ou d'une activité indépendante. Le CRT avait conclu qu'il s'agissait de salariat, écrit Sudpresse.

Le syndicat chrétien avait alors contacté la direction de Deliveroo pour reprendre des négociations. Il était sans réponse jusqu'à l'annonce d'une procédure judiciaire. Deliveroo demande également à ce que l'Etat belge paie les frais de procédure, d'un montant de 1.440 euros.

"Deliveroo fait appel par principe"

Deliveroo "respecte scrupuleusement la règle de droit en Belgique. C'est pourquoi les citations à comparaître ont été délivrées selon les procédures légales en vigueur", a affirmé la société samedi soir.

"Deliveroo fait appel par principe auprès des tribunaux de l'opinion émise par la Commission administrative de règlement de la relation de travail (CRT), car cette dernière n'a pas consulté Deliveroo avant d'émettre son opinion", a réagi Mathieu de Lophem, Manager Benelux de Deliveroo.

"Le seul objectif de Deliveroo est de voir procéder à une analyse objective et complète de son modèle. Deliveroo est confiante dans le jugement que feront les tribunaux d'un modèle parfaitement légal, comme cela a déjà été le cas en France et au Royaume-Uni en 2017", a-t-il ajouté.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK