Déjà 6000 réactions à l'enquête publique sur Doel 1 et 2

Déjà 6000 réactions à l'enquête publique sur Doel 1 et 2
Déjà 6000 réactions à l'enquête publique sur Doel 1 et 2 - © DIRK WAEM - BELGA

En 15 jours, l'enquête publique transnationale sur la prolongation de Doel 1 et 2 a déjà recueilli 6000 réactions, dont 95% viennent de Belgique, a indiqué mardi la ministre de l'Energie, Tinne Van der Straeten, en commission de la Chambre en réponse à une série de questions.

L'enquête a été ouverte le 15 avril et ce pour 60 jours. Les réactions ne seront pas filtrées durant la consultation. Elles seront analysées en fin de processus. Le nombre de réactions témoigne aux yeux de la ministre de l'intérêt des citoyens pour cette question.

Les conclusions seront examinées et traitées durant le deuxième semestre avant d'être intégrées dans un projet de loi réparatrice que la ministre espère introduire au parlement au début de l'année prochaine.

Une moitié de l'Europe peut participer

L'enquête publique ne se limite pas à la Belgique. Une moitié de l'Europe pourra y participer, ce qui constitue la plus grande enquête publique jamais réalisée par le royaume.

Cette procédure n'avait pas été mise en oeuvre en 2015 lorsque le gouvernement Michel avait prolongé les deux réacteurs de dix ans pour garantir la sécurité d'approvisionnement du pays en électricité, alors que la Belgique s'était engagée en 2003 à désactiver ces deux réacteurs à cette échéance.

Pointant du doigt ce manquement, des associations environnementalistes avaient obtenu l'an dernier de la Cour constitutionnelle l'annulation de la prolongation, avec toutefois maintien de ses effets jusqu'à la fin de 2022.

La justice donnait ainsi à l'exécutif un délai pour faire adopter une nouvelle loi par le Parlement, précédée cette fois d'une évaluation des incidences sur l'environnement et d'une consultation publique transfrontalière.

Outre les pays frontaliers de la Belgique (Pays-Bas, Luxembourg, France, Allemagne), les Britanniques, les Irlandais, les Danois, les Suisses, les Autrichiens, ainsi qu'une partie des Norvégiens, Suédois, Polonais, Tchèques, Slovaques, Hongrois, Slovènes, Croates ou Italiens pourront donner leur avis sur la prolongation de Doel 1 et 2, via un formulaire en ligne.

 

Sur le même sujet: JT 15/04/2021

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK