Dégressivité des allocations de chômage: pousser les chômeurs vers la pauvreté ? Non, assure Peeters

Dégressivité des allocations de chômage: Pousser les chômeurs vers la pauvreté ? Non, assure Peeters
Dégressivité des allocations de chômage: Pousser les chômeurs vers la pauvreté ? Non, assure Peeters - © THIERRY ROGE - BELGA

"Nous n'allons pas pousser les chômeurs dans la pauvreté", a assuré ce jeudi le ministre de l'Emploi, Kris Peeters, à la Chambre en réponse à des questions sur le projet de dégressivité plus rapide des allocations de chômage.

Dans le cadre du "deal pour l'emploi" que prépare le gouvernement, le ministre a confié à l'ONEm le soin d'étudier le coût d'une proposition de réforme conçue par un professeur de l'UGent. Pour favoriser la recherche d'un emploi, une personne licenciée recevrait des allocations plus élevées dans un premier temps et la dégressivité de celles-ci vers un montant forfaitaire serait ensuite plus rapide.

Il ne s'agit pas d'une dégressivité "plus stricte" mais "plus efficace", a souligné le vice-premier ministre CD&V qui a également insisté: il n'est pas question d'une limitation dans le temps des allocations mais du "juste mix" à trouver.

Au sein de la majorité, la N-VA et l'Open Vld sont favorables à une limitation dans le temps des allocations de chômage. Le député Wouter Raskin (N-VA) l'a rappelé lorsqu'il a répliqué au ministre. "Si nous sommes le dernier pays à conserver des allocations illimitées dans le temps, nous devons faire quelque chose pour leur dégressivité", a-t-il averti.

L'opposition exprime ses craintes

"Apparemment, le CD&V a décidé d'accéder à ce que demandent la N-VA et l'Open Vld", s'est inquiété Kristof Calvo (Ecolo-Groen).

"Soyez le ministre qui remet les chômeurs à l'emploi et non dans la misère", a exhorté Frédéric Daerden (PS) tandis que Raoul Hedebouw (PTB) mettait le gouvernement en garde contre la "révolte" sociale.

"Vous allez décider que des gens vont vivre avec 1.011 euros par mois et vous n'êtes pas honteux!" a-t-il lancé aux partis de droite de l'assemblée.

Catherine Fonck (cdH) a quant à elle appelé chacun à sortir des "postures idéologiques" pour résoudre le problème que posent d'une part les métiers en pénurie et d'autre part le nombre de demandeurs d'emploi.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK