Dégel des intérêts libyens: un haut-fonctionnaire devra répondre aux questions des parlementaires

La commission Finances souhaite connaître les motivations de la libération des intérêts provenant des fonds libyens par l’ancien administrateur général du Trésor en 2012, Marc Monbaliu. C’est ce qu’il est ressorti de la commission Finances tenue aujourd’hui à la Chambre.

Plusieurs membres de l’opposition mais aussi de la majorité souhaitaient l’entendre de vive voix, mais les questions lui seront finalement adressées par un courrier envoyé par le président de la commission Finances, Eric Van Rompuy (CD&V). Marc Monbaliu, haut fonctionnaire aujourd’hui pensionné, a deux semaines pour répondre aux questions des parlementaires.

C’est lui qui a autorisé le dégel des intérêts libyens suite à un courrier datant du 4 octobre 2012. La question est de savoir s’il a agi seul ou sur ordre du ministre des Finances de l’époque, Steven Vanackere (CD&V).

Cet argent a été libéré sur des comptes basés en Grande-Bretagne, au Bahreïn et au Luxembourg. Selon le ministre des Finances actuels, Johan Van Overtveldt (N-VA), d’autres pays européens comme l’Allemagne autorisent également la libération de ces intérêts gelés. Il n’a pas voulu préciser la somme libérée par la Belgique en 2014, ni confirmer les chiffre de 5 milliards d'euros qui circule.

Des auditions complémentaires vont être menées. Certains partis de l’opposition n’excluent pas de demander une commission d’enquête parlementaire.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK