Définir une identité flamande ? "Il n'est pas stupide de donner de l'importance à l'histoire"

Les négociations pour la formation d’un nouvel exécutif flamand reprennent ce lundi. A la table, on retrouve la coalition sortante, la N-VA, l’Open-Vld et le CD&V. Mais est-ce une bonne affaire pour le CD&V que d’embarquer à bord d’une "coalition de perdants" comme l’a déjà qualifiée l’opposition ?

"C’est la seule coalition qui fonctionne. Il y avait une autre possibilité, qui était d’avoir la N-VA, l’Open VLD et le sp.a ; un siège en plus, assez compliqué. On sait que Bruno Tobback (sp.a) est très critique par rapport à la N-VA. Il y a beaucoup de nouveaux membres jeunes qui sont dans le parlement des socialistes, donc ce n’était pas vraiment une coalition qui pouvait fonctionner. Donc, l’option qui nous restait c’était N-VA, Open Vld, CD&V, qui je précise, au niveau flamand a très bien fonctionné ces 5 dernières années", explique Sammy Mahdi, le président des jeunes CD&V sur la Première ce lundi matin.

"Savoir d’où vient la Belgique"

Les partis flamands travaillent sur base d’une note d’intention rédigée par Bart de Wever, plus dure sur les questions migratoires et l’intégration, qui prévoit aussi d’établir un "canon de l’identité flamande". En bref, une liste de personnalités, d’œuvres ou encore d’objets qui servirait à définir l’identité flamande.


►►► Avec la note de Bart De Wever, la Flandre tourne plus que jamais le dos à la Belgique


"C’est une note de départ, pour après aboutir à un document dans lequel tous les partis peuvent se retrouver. On verra ce que ça donne. En ce qui concerne le canon, beaucoup d’historiens flamands on fait une prise de position là-dessus, et le canon devrait faire en sorte que chaque flamand ait une idée de l’histoire de la Flandre. Pour moi, ça pourrait être intéressant, comme il est important de savoir d’où vient la Belgique, comme il est important de connaître la colonisation."


►►► Ce que contient la note de Bart De Wever en vue de la formation du futur gouvernement flamand


Ce canon serait enseigné aux jeunes étudiants flamands et serait également intégré dans le parcours d’intégration des migrants. "Il est important de savoir d’où on vient et de savoir l’histoire d’un pays quand on y arrive. Dans l’histoire de la Belgique, il y a une histoire flamande, une histoire wallonne, qui peuvent coexister l’une à côté de l’autre. Ce n’est pas stupide comme idée de donner de l’importance à l’histoire. On est dans un monde global, ou il y a une énorme de diversité et on ne sait pas très bien ce qui nous unit. Et parfois, pour le savoir, il faut savoir les racines du pays dans lequel on se trouve", insiste-t-il.

Vendredi, l’activiste climatique Anuna De Wever et ses amies ont été importunées au Pukkelpop, puis menacées de mort par plusieurs festivaliers après avoir mené une action en faveur du climat. Et après l’émoi causé par cet incident, la présence de drapeaux flamingants dans les campings du festival a également créé la polémique. Les organisateurs du festival les ont d’ailleurs fait ôter.

Un des éléments qui me frustre le plus, c’est de savoir qu’en Wallonie on n’est pas obligé d’apprendre le néerlandais à l’école

La question se pose donc, est-ce que cette note de la N-VA remet de l’huile sur le feu ? "Ça pourrait. Mais le Pukkelopop c’est encore autre chose. C’est triste d’avoir eu ce débat-là. Les gens en festival viennent pour écouter de musique, boire une bière et pas pour un débat identitaire. Surtout, que le lendemain, les jeunes VB sont venus distribuer 500 drapeaux à l’entrée du festival. C’est dommage en soi."

Selon lui, c’est une erreur des organisateurs d’avoir fait retirer les drapeaux. "Ils se sont excusés. Ils ont vu que le débat a été encore plus animé par après. En ce qui concerne le canon et l’impact, je pense qu’en Wallonie, il faudrait que chaque wallon lise le livre de Bart de Wever ou il parle de cette identité, ou il dit lui même qu’il aurait été possible d’avoir une identité belge, forte, mais que pendant des années, on n’a pas fait le nécessaire pour donner assez d’importance à cette identité belge. Qu’est-ce qui nous forme en tant que Belge ? Au niveau flamand on veut donner de l’importance à l’identité flamande, je pense qu’au niveau belge il faut donner une importance à l’identité belge et ce qui nous unit. Ce débat, on ne l’a plus entre nous. Il faut essayer d’avoir à nouveau cet échange."

Il ajoute : "Un des éléments qui me frustre le plus, c’est de savoir qu’en Wallonie on n’est pas obligé d’apprendre le néerlandais à l’école. Je peux comprendre que du côté francophone on regarde un peu ce débat sur le canon en Flandre et qu’on peut être assez critique. Mais j’ai cette même critique envers la Wallonie quand je vois qu’on n’essaye même pas d’apprendre la langue de l’autre côté du pays."

Durcissement du parcours d’intégration

Cette note de la N-VA prévoit aussi de durcir certaines conditions pour les migrants et leur intégration. On pense notamment à ce parcours d’intégration payant, il faudra attendre plus longtemps pour avoir accès aux allocations sociales. Est-ce une manière pour la N-VA de donner des gages au Vlaams Belang ? "Je ne pense pas. Les résultats du 26 mai nous ont donné impression qu’en Flandre et en Belgique il a un débat sur : 'Qu’est-ce qu’on fait avec les moyens qu’on a, comment organiser tout ça'. La question ici est quel durcissement ? On peut durcir de plusieurs manières, il faut réfléchir. "

Sammy Mahdi indique ne pas vouloir prendre position car les négociations sont en cours, mais selon lui, il est portant d’apprendre la langue quand on veut un logement social. "Avec la crise migratoire, les Flamands de souche s’inquiètent, leur société a changé et ce changement peut angoisser, ce n’est pas illogique. Donc, si on peut faire en sorte que ces devoirs sont respectés, je pense qu’en Flandre on sera prêt à accepter les droits qu’on donne à tout le monde."

Beaucoup de personnes voient la politique comme un groupe de personnes qui ne font que se disputer

Cette coalition sortante N-VA, Open Vld, CD&V a, on le rappelle, été sanctionnée aux dernières élections avec la poussée du Vlaams Belang. "Au niveau flamand on a très bien fonctionné. C’est surtout au fédéral qu’il y a eu des disputes. Je pense que chaque parti l’a avoué par après, qu’on n’a fait que se disputer. On n’a jamais essayé de trouver un accord. Beaucoup de personnes voient la politique comme un groupe de personnes qui ne font que se disputer et qui ne trouvent pas des solutions aux problèmes qu’on connaît aujourd’hui."

Il précise : "Pour moi, la montée du VB, tout autant que la montée du PTB, c’est une preuve qu’en Belgique, beaucoup de personnes ont l’impression que les partis politiques, qui pendant des décennies ont décidé de comment la Belgique doit fonctionner, ne le font pas de la bonne manière aujourd’hui, n’ont fait que se disputer et n’ont pas trouvé de solution aux problèmes qu’on connaît aujourd’hui. C’est là l’importance, pour chaque parti, en Belgique, d’essayer de trouver une solution et pas se disputer sur les réseaux sociaux ou au Parlement comme on l’a vu ces dernières années."

Au fédéral avec ou sans la N-VA ?

Au niveau de la formation d’un gouvernement fédéral, ça coince toujours. Les acteurs majeurs, N-VA et PS, estiment chacun que l’autre est infréquentable. Ces derniers temps, la N-VA a revu son discours et invité le PS à des discussions mais le Parti Socialiste n’en voit pas l’intérêt. Mais est-ce envisageable pour le CD&V d’aller au fédéral sans la N-VA ?


►►► Négociations : où en est-on dans la formation des gouvernements fédérés et fédéral ?


"On verra, tout dépend de ce que vont faire le PS et la N-VA. Sans la N-VA, c’est une coalition qui ne tiendrait pas compte des résultats en Flandre. De Wever a dit, dans les médias flamands ces derniers jours, qu’il attend un coup de fil de Di Rupo. Il est assez intelligent dans sa stratégie, il donne l’impression, en Flandre, qu’en Wallonie on n’a pas envie de discuter avec les partis flamands qui ont gagné les élections. Le plus important du côté wallon et du PS, c’est de donner l’impression aussi aux Flamands que le PS a envie d’avoir une discussion ou de juste dire un bonjour comme le dit De Wever. Je pense qu’il est important qu’il y ait au moins le contact. La N-VA opère un peu une stratégie Calimero en disant : 'On est là, on attend un coup de fil, j’ai envoyé un texto, je n’ai pas reçu de retour'. Donc je pense qu’il est important, pour le PS, de donner un signal, et pas seulement à Bart, mais aussi à la Flandre qu’ils ont envie de discuter."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK