Décret inscription: Laurette Onkelinx (PS) se dit prête à le modifier

Deux mois après le début de la crise politique francophone, quelle majorité pour la Fédération Wallonie-Bruxelles ? Olivier Maingain, président de DéFI, expliquait ce lundi matin sur La Prem1ère qu'il fera des propositions qui portent sur la culture, l'enseignement, la dépolitisation de certaines institutions.

Notamment, concernant l'enseignement, il demande l'abrogation du décret inscription, qui organise l'inscription des premières années secondaires dans les écoles francophones sur base de divers critères. Un décret souvent critiqué.

Ce lundi matin, en arrivant au bureau du PS, Laurette Onkelinx s'est montrée ouverte à la proposition. "Sur ce qu'il est devenu, je ne l'aime pas du tout (ce décret, ndlr). À Bruxelles, ça enferme les enfants dans leur quartier. Donc ce qu'il est devenu doit être changé."

Le premier décret inscriptions, soumis par Marie Arena (PS), remonte à 2007. Il a été révisé plusieurs fois depuis.

Pour le reste, Laurette Onkelinx attend de voir quelles seront précisément les demandes de DéFI. "Pour le moment, nous n'avons pas la main. J'attends de voir comment les événements vont se dérouler", a-t-elle dit. Elle voit en tout cas d'un bon œil l'idée d'une unité francophone. "La nécessité d'être unis me semble aller dans la bonne direction", a-t-elle ajouté.

À propos de Bruxelles, la présidente de la fédération bruxelloise du PS plaide pour la stabilité. "J'espère que les six partis francophones et néerlandophones qui composent la majorité resteront ensemble. À Bruxelles, Olivier Maingain plaide pour la stabilité institutionnelle. J'espère que le cdH bruxellois pourra lui aussi plaider pour la stabilité, dans l'intérêt des Bruxellois."

Reportage du JT de 13h sur le bureau du PS (21 août)

Reportage sur les élèves non encore inscrits (JT 13h du 21 août)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK