Découverte du corps de Jürgen Conings : la menace va être réévaluée, selon Vincent Van Quickenborne. L'OCAM estime qu'il n'y a plus de menace imminente

Après la découverte du corps sans vie du militaire recherché depuis plus d’un mois, Jürgen Conings, la menace va être réévaluée, a affirmé le ministre de la Justice Vincent Van Quickenborne sur VTM.

Selon Vincent Van Quickenborne, le corps a été retrouvé juste à l’extérieur de la zone où les recherches ont eu lieu.

L’enquête judiciaire se poursuit pour déterminer les circonstances exactes des faits et si d’autres personnes étaient impliquées. Selon le ministre, les mesures de protection pour, entre autres, le virologue Marc Van Ranst, pourraient être progressivement supprimées, mais la prudence reste de mise.

Les services de sécurité tiennent compte des imitateurs. Il n’y a pas de risque zéro, selon le vice-Premier ministre. Mais il relativise : il n’y a pas de menace imminente de même nature que celle posée par Jürgen Conings.

L'Organe de coordination pour l'analyse de la menace (OCAM) s'est exprimé ce dimanche en début de soirée, affirmant qu'il suivait de près les développements autour de l'affaire. "Sur base des nouvelles informations disponibles dans l'enquête, il n'y a plus de menace imminente."

Ces dernières semaines, l'OCAM avait placé le niveau de menace à quatre, soit le plus élevé, pour la traque du militaire armé.

Le quadragénaire était en effet répertorié comme "extrémiste potentiellement violent" par l'Ocam. Le fugitif avait menacé de s'en prendre aux structures de l'État, à une mosquée et à plusieurs personnalités, dont le célèbre virologue Marc Van Ranst.

En parallèle, l'organe avait aussi évalué la menace générale qui pèse sur le pays et celle-ci était par contre restée inchangée, à un niveau 2 ou moyen.

Concernant l'ajustement des mesures ciblées, comme la protection du virologue Marc Van Ranst et de sa famille, l'OCAM se réfère au Centre de crise national. Marc Van Ranst pourra probablement bientôt quitter sa "cachette".

Stress test

La ministre de l'Intérieur Annelies Verlinden (CD&V), de son côté, a souligné que tout le dossier autour de la personne de Jürgen Conings, disparu le 17 mai dernier, avait été un véritable "stress test" pour les services impliqués dans sa recherche.

"Tous les services ont fait preuve de professionnalisme et de persévérance, et ont travaillé ensemble de manière intensive (...) Nous n'avons rien laissé au hasard durant la recherche, et avons à tout moment fait primer la sécurité des citoyens et des services de sécurité", réagit-elle.

Jûrgen Conings retrouvé mort un mois après sa disparition: JT 20/06/2021

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK