Retour à l'école pour les maternelles à partir du 2 juin, des primaires à partir du 8 juin... si les directions le veulent

Après un long confinement, qui a parfois fait beaucoup de dégats, sociaux ou psychologiques, tous les enfants belges devraient finalement pouvoir bientôt rentrer à l'école, selon les modalités détaillées par le comité de concertation par communiqué ce mercredi soir.

Après une première réunion mardi soir sans décision, les représentants du gouvernement fédéral et des entités fédérées du pays se réunissaient à nouveau ce mercredi soir pour discuter des futures étapes dans le déconfinement, notamment en matière scolaire. Et le Comité de concertation s’est finalement accordé sur les prochaines étapes du retour à l’école des élèves belges.

En Fédération Wallonie-Bruxelles, la Ministre de l’Éducation Caroline Désir a toutefois fait savoir par communiqué qu'une circulaire préciserait les conditions de reprise, et surtout que "les pouvoirs organisateurs, sur base de leurs réalités locales et contraintes propres, pourront choisir de différer ou adapter cette nouvelle étape de reprise des leçons. Il leur appartient, le cas échéant, de fixer le moment exact de la reprise des leçons et le temps d'enseignement adaptés à leurs possibilités".

Le calendrier qui suit reste donc théorique, et de principe:

Le 2 juin pour les maternelles

  • L’ensemble des cours dans les écoles maternelles pourront reprendre à partir du 2 juin.
  • Pas besoin de porter un masque lorsque le professeur s’occupe des enfants.
  • Le respect des distances de sécurité n’est pas nécessaire.

 Le 8 juin pour les primaires (avec test possible le 5 juin)

  • L’ensemble des cours dans les écoles primaires pourront reprendre à partir du 8 juin (avec une journée " test " possible le 5 juin).
  • Les élèves de primaires ne doivent pas porter de masque.
  • Pour les profs, le port du masque est fortement recommandé si les distances de sécurité ne peuvent pas être respectées.
  • Les consignes relatives aux distances de sécurité (les m2 nécessaire par élève, par classe) pourront être assouplies en ce qui concerne les élèves de primaires entre eux. Elles doivent néanmoins continuer à être d’application entre les élèves et leurs professeurs, entre les enseignants eux-mêmes et entre les enseignants et les parents d’élèves. 
  • Lors des récréations, les élèves doivent jouer autant que possible avec leurs camarades de classe selon le principe de " bulle de contacts ".

 Pas de date fixée pour les autres années de secondaires

  • En ce qui concerne l’enseignement secondaire, si les Communautés décident de permettre à plus d’élèves de revenir à l’école, cela ne peut se faire que quelques jours.
  • Le port du masque est fortement recommandé pour les élèves et le personnel de l’établissement. 

Hygiène et aération dans tous les cas

  •  Les mesures d’hygiène (lavage fréquent des mains, etc.) restent primordiales pour tout le monde. 
  • Les classes, les couloirs et les salles des professeurs doivent être aérés à tout moment. 
  • Il est préférable de se tourner vers des activités/des cours en extérieur quand c’est possible. 
  • Chaque établissement scolaire doit pouvoir mettre en place un plan d’urgence en cas de foyer de contamination

Eviter les effets négatifs du confinement

"Le développement de l’enfant est une priorité des autorités, argumente le communiqué du comité de concertation. Or, il est également reconnu que le confinement a des effets plus ou moins importants selon les cas d’un point de vue mental, social et éducationnel.

"La poursuite du déconfinement de l’enseignement dépendait particulièrement de l’évolution de la situation sanitaire en Belgique. Dans leurs recommandations, les experts du GEES soulignent plusieurs éléments permettant de poursuivre ce déconfinement. Tout d’abord, les indicateurs pertinents dans le suivi de l’évolution de la propagation du COVID19 dans notre pays continuent à être encourageants ; et ce, tenant compte de l’effet induit par le temps d’incubation du virus. Ensuite, les connaissances relatives au virus se sont étoffées ces dernières semaines au sein de la communauté scientifique internationale. Par ailleurs, les experts du GEES indiquent que les études ainsi que l’expérience acquise dans différents pays montrent que les enfants seraient, d’une part, moins affectés par le virus et, d’autre part, moins contagieux".

"Par conséquent, la réouverture des écoles n’entraine pas de recrudescence significative de l’épidémie à condition que certains protocoles continuent d’être suivis scrupuleusement".  

 


►►► A lire aussi : Carte blanche de 269 pédiatres : "Les enfants sont les oubliés du déconfinement"


Interrogée mercredi en séance plénière du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, tant le ministre-président Pierre-Yves Jeholet (MR) que Caroline Désir (PS) avaient affiché leur volonté de parvenir à un assouplissement des normes de sécurité actuellement appliquées dans les écoles pour pouvoir augmenter le nombre d’enfants de retour en classes.

Devant les députés, Caroline Désir a répété mercredi sa volonté de voir les classes maternelles retrouver au plus vite le chemin de l’école pour mettre fin aux effets négatifs du confinement pour eux, mais aussi relancer leur socialisation et leurs capacités d’apprentissage.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK