Déconfinement : des subsides pour les communes qui réaménagent leurs rues pour garantir la distance sociale

Déconfinement : des subsides pour les communes qui réaménagent leurs rues pour garantir la distance sociale
Déconfinement : des subsides pour les communes qui réaménagent leurs rues pour garantir la distance sociale - © JOHN THYS - AFP

Le ministre wallon de la Mobilité, Philippe Henry, vient de dégager une première aide financière pour les communes qui réaménagent temporairement leurs rues afin de pouvoir garantir la distanciation sociale sur la voie publique, rapportent les titres Sudpresse ce mardi.

"Ce coup de pouce financier s’inscrit dans une démarche plus large de mobilisation régionale inédite pour soutenir les communes dans ces aménagements temporaires" des voiries communales, explique Philippe Henry. "Un subside d’une vingtaine de milliers d’euros sera accordé aux communes qui en font la demande (avec toutefois une limitation si les demandes sont trop nombreuses), pour des travaux de peinture, de signalisation, d’installation de barrières, de bacs à fleurs, etc. Ces aménagements devront être validés par le Service public de Wallonie", détaille le ministre wallon. Cela permettrait notamment d’étendre l’espace disponible pour les terrasses de l’Horeca.


►►► À lire aussi : À Bruxelles, le vélo a le vent en poupe, tous motifs de déplacements confondus


Le SPW a d’ailleurs mis en ligne sur son site dédié à la Mobilité un atelier destiné aux communes pour leur donner des idées d’aménagements, par exemple la création de pistes cyclables, la suppression temporaire d’une bande de circulation que se partageraient les transports en commun et les cyclistes ou l’instauration de nouvelles rues piétonnières.

"Cela peut être aussi des dispositifs ralentisseurs. Les communes peuvent être créatives en fonction de la configuration du terrain qui leur est propre. Une dizaine de communes pourront bénéficier de subsides, avec un plafond de 24.000 euros par commune pour les aider dans la matérialisation de ces aménagements", indique Christophe Blerot, porte-parole du SPW Mobilité et Infrastructures.