Déconfinement : "Au comité de concertation, certains ont soutenu la culture plus que les autres", note Jean-Marc Nollet (Ecolo)

Il y a deux mois, le coprésident d’Ecolo, Jean-Marc Nollet, jetait un sacré pavé dans la mare, en affirmant qu’il ne respectait pas la bulle de 1, et qu’il lui arrivait de voir deux personnes. Désormais, la bulle est passée à 2 et le Mouscronnois l’assure : il la respecte. Et assume ses propos de février : "j’ai toujours voulu expliquer les choses telles que je les vivais, raconte-t-il ce mardi au micro de Matin Première. Beaucoup de personnes se sont reconnues dans le propos par rapport à la dureté d’une règle", rappelle-t-il. Et le coprésident d’Ecolo d’avancer que de toute façon, même le porte-parole interfédéral Yves Van Laethem a avoué qu’il "n’arrivait à respecter les mesures qu’à 95%".

Alors, à quelques heures d’un nouveau Comité de concertation (Codeco) ce mardi, la question se pose : faut-il aménager les mesures ? Les voyants semblent au vert pour progresser vers le déconfinement. Avec ou sans bulle ? Pour Jean-Marc Nollet, celle-ci doit "pouvoir évoluer" : "On est déjà dans une bulle qui est plus large. Elle doit évoluer progressivement, pour pouvoir retrouver une liberté totale." Le coprésident d’Ecolo estime que cette situation pourrait arriver début septembre, date à laquelle, par palier, les Belges auront pu accueillir chez eux le nombre de personnes qu’ils et elles souhaitent. "Il ne faut pas dire que demain, après le Codeco, tout sera possible, concède Jean-Marc Nollet. Mais il y a des décisions qui doivent être prises."

Si Ecolo avait 50%, la culture aurait été plus rapidement déconfinée

Et parmi ces décisions, Ecolo attend que le sujet de la culture soit mis sur la table. Selon son coprésident, retourner au théâtre, au cinéma, c’est "un immense besoin, c’est vital". Les écologistes vont plaider pour une réouverture en juin au plus tard. "Les chiffres vont dans la bonne direction", rappelle Jean-Marc Nollet. Pourtant, le secteur attend déjà depuis longtemps des décisions claires de la part de la ministre francophone de la Culture Bénédicte Linard (Ecolo). Selon Jean-Marc Nollet, cette dernière "s’est battue pour construire un plan main dans la main avec les autres communautés", mais elle s’est heurtée à un revirement : celui du ministre-président flamand Jan Jambon (N-VA).


►►► À lire aussi : "Il est temps de rouvrir, pas de couper les aides", plaide l’UCM


Cela voudrait-il dire que le parti vert ne pèse pas assez lors des comités de concertation ? "Si Ecolo avait 50%, la culture aurait été plus rapidement déconfinée, note ironiquement Jean-Marc Nollet. Nous avons réussi à peser plus que notre résultat électoral, mais pas suffisamment pour obtenir les ouvertures qu’on voulait." Et l’ancien ministre de rappeler que si le ministre-président francophone Pierre-Yves Jeholet (MR) était "main dans la main avec Bénédicte Linard", certains ont fait marche arrière, craignant sûrement l’ouverture d’événements comme le festival de Tomorrowland. La faute à Jambon ? Jean-Marc Nollet botte en touche, mais rappelle qu’au sein du Codeco, "il y en a plus que d’autres qui ont soutenu la culture."

Un système à la danoise, où il faut démontrer qu’on a le pass pour aller chez le coiffeur, c'est non

Reste que selon le coprésident d’Ecolo, la question de la culture doit être repensée, après plus d’un an de crise sanitaire. "C’est une des leçons qu’on doit tirer de la crise : on doit redéfinir ce que sont les métiers essentiels", estime-t-il. Selon lui, les théâtres et les cinémas sont "des lieux dans lesquels on peut être en sécurité" : masqué et assis à la même place pendant plusieurs heures. "Chez les écologistes, on appelle à passer d’une gestion de crise à une gestion du risque, plaide Jean-Marc Nollet. Les salles de spectacle ne sont pas les lieux les plus risqués." Au prochain confinement, les cinémas et les théâtres resteront ouverts ? "On doit reposer autrement la question", affirme le coprésident d’Ecolo.


►►► À lire aussi : Rudi Vervoort : "Je plaiderai au Codeco pour la réouverture totale des bars et restaurants le 1er juin"


Ce qui est certain, c’est qu’à l’inverse, les écologistes ne veulent pas d’un "coronapass", un pass sanitaire qui limiterait l’accès à certains lieux aux personnes vaccinées. "Ce n’est pas du tout notre tasse de thé, déclare Jean-Marc Nollet. Un système à la danoise, où pour aller chez le coiffeur, au restaurant, au théâtre, il faut démontrer qu’on a le pass, non." Même pour les très grands événements ? "Il faut des conditions très claires, précise l’écologiste. Il faut que ce soit limité dans le temps et qu’on puisse avoir autre chose que la vaccination : des tests PCR, antigéniques, que ce soit gratuit, etc."

Pour les personnes déjà vaccinées, cela veut donc dire attendre encore un peu, même si Jean-Marc Nollet l’assure : "ils ne doivent pas attendre que tout le monde soit vacciné." La vaccination suit d’ailleurs son cours, avec 39% de premières doses administrées. "Quand il y a des choses qui marchent dans ce pays, il faut le dire aussi", se réjouit le coprésident d’Ecolo.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK