Décès de Léo Tindemans: "Un homme d'État exceptionnel"

Leo Tindemans, ancien Premier ministre, est décédé à l'âge de 92 ans.
Leo Tindemans, ancien Premier ministre, est décédé à l'âge de 92 ans. - © BELGAIMAGE

Les réactions du monde politique sont nombreuses et unanimes à l'annonce du décès de Leo Tindemans, à l'âge de 92 ans. Surnommé "Monsieur 1 million de voix" suite à son score historique obtenu en 1979 aux élections européennes, l'ancien Premier ministre est vu par les politiques comme un homme d'État "exceptionnel", "fascinant", "hors catégorie"...

Le CD&V (anciennement CVP) et son président Wouter Beke ont été parmi les premiers à réagir, Leo Tindemans ayant été membre de la formation chrétienne famille.

"Une fois encore, notre parti doit dire au revoir à l'une de ses icônes, a écrit Wouter Beke. Au revoir Leo Tindemans, peut-être à jamais le politicien le plus populaire."

Du côté du parti, le compte Twitter officiel a sobrement écrit "Adieu à Leo Tindemans", saluant "une figure de proue du CD&V et un homme d'État exceptionnel".

Dans le communiqué de presse du CD&V, la formation chrétienne flamande pointe également l'ancien Premier ministre comme "l'exemple politique de toute une génération" et "un conférencier fascinant", avant de présenter à sa famille ses "plus sincères condoléances".

Le Premier ministre Charles Michel à pour sa part saluer un "Européen visionnaire", indiquant qu'il "a toujours défendu l’idée d’une Union européenne intégrée". 

"Nous retiendrons son travail visionnaire, lui, qui dès 1975, plaidait pour une monnaie européenne unique", ajoute-il encore.

Le communiqué presse précise par ailleurs : "Le Premier ministre tient à rendre hommage à l’homme politique qui a aussi marqué l’histoire de notre pays en étant Premier ministre à l’heure où la Belgique se penchait sur des réformes institutionnelles qui influenceront profondément son futur."

"Au nom de l’ensemble du Gouvernement et des citoyens, le Premier ministre exprime ses sincères condoléances à la familles et aux proches de Leo Tindemans."

"Un homme d'État hors catégorie. Un homme du peuple"

"Tindemans maîtrisait la force de persuasion comme personne, a quant à lui réagi Kris Peeters, ministre fédéral de l'Emploi et de l'Économie. Un homme d'État hors catégorie. Un homme du peuple. Architecte de la Flandre, de la Belgique, de l'Union européenne."

Le député européen Ivo Belet (CD&V) s'est également exprimé sur Twitter. "Un grand respect pour Leo Tindemans. Son rapport sur l'avenir de l'Union européenne a été la base d'un nouvel élan européen. Adieu à un Européen visionnaire."

Geert Bourgeois (N-VA), ministre-président flamand, s'est quant à lui fendu d'un "RIP Leo Tindemans" (Rest in peace, repose en paix) avant de présenter ses "condoléances au CD&V, qui perd à nouveau un ancien Premier ministre, et à ses proches".

Philippe Muyters (N-VA), ministre flamand de l'Emploi et de l'Économie, a également présenté ses "condoléances à la famille et les amis de Leo Tindemans".

Le Président du MR, Olivier Chastel, a rejoint le concert d'hommages, qualifiant Leo Tindemans d'"ardent défenseur du projet européen" dont l'empreinte "a largement dépassé la vie politique de notre pays".

"Un tacticien à la colonne vertébrale politique"

"Un monument de la politique belge nous a quittés", a pour sa part indiqué Herman De Croo (Open VLD).

"Tindemans était mon premier Premier ministre", a précisé le ministre d'Etat. En tant que membre de l'ancien parti PVV, Herman De Croo a reçu en 1974, sous le gouvernement Tindemans I, son premier portefeuille ministériel. "J'ai appris à connaître Leo Tindemans comme un travailleur très assidu, et un homme cultivé et lettré."

Herman De Croo décrit encore l'ancien Premier ministre comme "un tacticien à la colonne vertébrale politique. Il était un grand monsieur et j'avais beaucoup de sympathie pour lui. J'ai toujours entretenu des relations correctes et amicales avec lui."

"Il était également très populaire", ajoute Herman De Croo. "Sa popularité a même poussé le PSC (ancien cdH, ndlr) à rejeter la création d'une circonscription fédérale pour les élections européennes. Ils avaient peur qu'il obtienne plus de voix de préférence en Wallonie que Charles-Ferdinand Nothomb", l'ancien président des démocrates-chrétiens francophones.

T. Mignon

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK