Décès d'Eliane Liekendael, première femme procureur général

Eliane Liekendael dans les années 90
2 images
Eliane Liekendael dans les années 90 - © BELGA

Eliane Liekendael, la première femme à avoir accédé au sommet de la magistrature belge, est décédée le 8 octobre dernier à l'âge de 90 ans, a appris le journal L'Echo auprès de ses proches. Elle était devenue procureur général près la Cour de cassation en septembre 1998.

Sujet du JT 13h de ce jeudi 25 octobre

Après avoir débuté sa carrière au parquet de Bruxelles en 1955, puis opéré au parquet général de Mons, cette diplômée de l'Université libre de Bruxelles avait été nommée avocat général près la Cour de cassation en novembre 1978. Dix-huit ans plus tard, elle avait succédé à Jacques Velu à la fonction de procureur général.

Elle était notamment intervenue à ce titre dans les affaires Dutroux et Agusta-Dassault. Lors de la rentrée judiciaire 1997, elle s'était signalée à l'attention de tous en critiquant la commission Dutroux et avait fait, à cette occasion, l'apologie du principe de séparation des pouvoirs, écrit L'Echo.

Archives: portrait d'Eliane Liekendael, réalisé lors de son accession à l'éméritat, en 1998 (JT -RTBF)

Sujet de Thierry Bellefroid, dans le JT de Thierry De Bock du 13 décembre 1998. Archives SONUMA. 

L'affaire Agusta Dassault, a en effet éclaté au grand jour le 6 janvier 1994.

Ce matin-là, plusieurs médias révèlent que la justice liégeoise a demandé la levée d'immunité parlementaire de Guy Coeme, Guy Spitaels et Guy Mathot. La juge d'instruction Véronique Ancia, en charge du dossier de l'assassinat d'André Cools, était sur la piste de commissions occultes qui auraient entaché le marché des 46 hélicoptères Agusta en 1988. C'est le socialiste Guy Coëme qui était le ministre de la Défense. il démissionne le 21 janvier, et est renvoyé quelques jours plus tard devant la Cour de Cassation.

Quelques mois plus tard, l'enquête Agusta établi l'implication du SP, le parti socialiste flamand et précipite cette fois la chute d'abord du ministre des affaires étrangères Frank Vandenbroucke puis de Willy Claes, devenu Secrétaire Général de l'OTAN.

Mais l'enquête révèle qu'un autre contrat militaire est concerné, celui de la modernisation des chasseurs F16. Et là, c'est une lettre d'un socialiste de l'ombre, Merry Hermanus, qui atteste que le Parti Socialiste a bien bénéficié des largesses de l'avionneur français Dassault et que son président de l'époque ne l'ignorait pas.

Au total, 12 personnes, les deux anciens ministres socialistes, l'ex-président du PS Guy Spitaels, des conseillers, l'industriel Serge Dasault, notamment, se retrouvent sur les bancs de la Cour de Cassation face au réquisitoire implacable de la procureur générale Eliane Liekendael.

Les peines tombent en décembre 98. Elles touchent le SP pour le volet Agusta, et les socialistes francophones dans le dossier Dassault. Des peines de prison avec sursis. Des scandales dont il ne reste finalement aujourd'hui que peu de choses. la plupart des protagonistes ont disparu ou ont quitté la politique active. Les règles de financement des partis avaient déjà été profondément revues en 1989.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK