Débats au Parlement Wallon : l'opposition veut débattre des aides et s'interroge sur les pouvoirs spéciaux

"Nous allons demander qu'un débat extraordinaire soit organisé, lors de la prochaine séance plénière du parlement wallon, sur le nouveau train d'aides" annoncées mercredi par le gouvernement wallon pour faire face à la résurgence du coronavirus et à ses conséquences économiques, a annoncé le chef du groupe cdH de l'assemblée régionale, François Desquesnes.

Au total, l'exécutif wallon a mis 260 millions d'euros supplémentaires sur la table, dont un peu plus de 154 millions pour l'horeca et les secteurs encore à l'arrêt.

"Nous demandons que la première tranche de ces aides soit versée automatiquement, le gouvernement disposant déjà de toutes les données nécessaires en ce qui concerne les entreprises touchées", a indiqué François Desquesnes. "Le complément pourra ensuite être versé sur base d'un dossier ou d'une demande que les indépendants et les entreprises introduiront", a-t-il ajouté.

Pour le député humaniste, "la moitié des 154 millions doit être versée dans les 8 jours". "Nous serons également attentifs à ce qu'aucun secteur ne soit oublié, comme ce fut le cas lors des premières mesures de soutien régionales", a-t-il poursuivi.

Une crise qui n'est plus une surprise

Quant à la possibilité d'accorder de nouveaux pouvoirs spéciaux au gouvernement - une hypothèse sur laquelle ce dernier se penche actuellement - rien n'est acquis pour le cdH. "Au printemps, la crise a surpris tout le monde. Ce n'est plus le cas cette fois-ci. Il n'y aura donc pas forcément de blanc-seing de notre part", a averti François Desquesnes.

Dans l'opposition également, le PTB ne dit pas autre chose. "Les nombreux écueils que rencontre la gestion de la crise sanitaire (échec du suivi de contact, saturation des centres de dépistages, ...) montrent que ce n'est certainement pas en temps de crise qu'il y a lieu de limiter le contrôle démocratique", a ainsi tweeté le chef de file de l'extrême gauche au parlement régional, Germain Mugemangango.

Ce dernier se réjouit enfin que le personnel des maisons de repos soit finalement testé chaque semaine - à l'aide de tests rapides - mais se demande "pourquoi ne pas tester également les résidents".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK