Débat de procédure tendu, en commission du parlement wallon, sur la réforme des APE

Débat de procédure tendu, en commission du parlement wallon, sur la réforme des APE
Débat de procédure tendu, en commission du parlement wallon, sur la réforme des APE - © THIERRY ROGE - BELGA

Le projet de décret portant sur la réforme des aides à la promotion de l'emploi (APE) est arrivé ce mardi matin sur la table de la commission Economie et Emploi du Parlement de Wallonie. A midi, le débat portait toujours sur l'éventualité d'organiser, ou pas, de nouvelles auditions du secteur mais aussi du ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles Rudy Demotte et des différents ministres du gouvernement régional. Réclamée à grands cris par l'opposition PS et Ecolo, l'idée a finalement été rejetée en bloc par la majorité, cette dernière estimant qu'"il est temps d'entrer dans le fond du débat".

"Notre volonté, c'est d'obtenir toutes les informations nécessaires sur cette réforme d'envergure et de pouvoir confronter les chiffres avancés par le ministre à ceux du secteur", avait auparavant plaidé la députée socialiste Olga Zrihen.

On est censé vous croire alors qu'on connaît votre désamour pour les syndicats

"Notre parlement a organisé des auditions sur les discriminations au travail, sur l'économie circulaire, sur le plan commerce, ... Et ici, alors qu'on est face à l'une des plus importantes et des plus controversées réformes de votre législature, vous nous dites qu'on ne va plus entendre le secteur", avait renchéri Christie Morreale (PS) en redemandant par ailleurs que soit convoquée une commission conjointe avec la Fédération Wallonie-Bruxelles, "45% des points APE étant liés à des compétences exercées par cette dernière".

"Vous nous assurez que vous avez déjà consulté le secteur. On est censé vous croire alors qu'on connaît votre désamour pour les syndicats et que jeudi passé, 3500 personnes étaient à nouveau dans la rue pour redire leur inquiétude", avait de son côté déclaré Patrick Prévot (PS) à l'adresse du ministre Jeholet.

"Je me réjouis d'avoir un débat de fond avec les parlementaires pour pouvoir rassurer les travailleurs", lui avait répondu Pierre-Yves Jeholet en reprochant une nouvelle fois à la FGTB de "jouer sur les peurs et de désinformer". "La concertation a eu lieu, les avis consultatifs ont été demandés. Après plus de 3 heures de discussions stériles, il faut maintenant passer au fond du débat", avait-il estimé.

Sur le fond, justement, la réforme des APE - qui pourrait conduire à la suppression de 3500 emplois selon la FGTB - vise à remplacer progressivement le système de points actuel par un nouveau dispositif sous la responsabilité de chaque ministre fonctionnel qui sera chargé d'établir les priorités de son secteur en fonction de critères transparents.

Archives: Journal télévisé 20/09/2018

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK