De Wever contre Magnette: la guerre des cartes blanches

Pour Paul Magnette, "la question migratoire mérite mieux que les caricatures"
Pour Paul Magnette, "la question migratoire mérite mieux que les caricatures" - © Belga

Hier (mercredi) dans le Morgen, le président de la N-VA, Bart De Wever estimait que le pays se trouvait face à une alternative: les frontières ouvertes ou l'Etat providence. Aujourd'hui, c’est dans Le Soir que Paul Magnette lui répond par une autre alternative: démocratie ou démagogie.

La question des réfugiés devient de plus en plus centrale sur l'échiquier politique. Deux pointures dans leurs partis respectifs, deux bourgmestres, deux cartes blanches et deux opinions radicalement différentes chacune étayées par la lecture des philosophes et parfois des mêmes.

Pour résumer la position de Bart De Wever, ouvrir la frontière aux migrants comme le préconise la gauche revient à mettre le fonctionnement de la sécurité sociale en péril.

Nous avons besoin d'un Etat nation

A cela Paul Magnette répond que l'idée de nation civique vient de la gauche. Et d'expliquer que cette gauche, syndicale et politique mais aussi de nombreux démocrate-chrétiens et libéraux ont eu le courage de défendre l'accueil des réfugiés.

La question migratoire, question fondamentale et sensible, mérite  selon Paul Magnette, mieux que les caricatures, les simplismes.

Quant à John Crombez , président du parti socialiste flamand, il répond que ce ne sont pas les réfugiés mais le gouvernement actuel qui a privé la Sécurité sociale de 5 milliards.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK