De Wever: "Cette coalition manque d'ambition et c'est aussi une responsabilité des partis flamands"

L'homme fort des nationalistes flamands a laissé entendre que le gouvernement fédéral avait échoué à proposer des perspectives et à dégager une ambition collective. Il attribue la responsabilité de ce constat aux partis flamands de la coalition, en ce compris le sien, et à leur manque de cohésion.

D'après Bart De Wever, certains ont pris son propos comme une critique à l'adresse de Charles Michel et du travail du gouvernement fédéral. Il n'en est rien, répond-il, ajoutant que sous le leadership du Premier ministre, le gouvernement fédéral livre un excellent travail (tax shift, réforme des pensions, gestion de la crise de l'asile ou investissements dans la politique de sécurité).

Ceci est également une autocritique

"Ma critique pointait le fait que nous ne soulignons pas ces réalisations et que nous n'offrons ainsi pas assez de perspectives aux gens. La cause est à rechercher du côté des partis flamands de la coalition et leur manque de cohésion. Ceci crée souvent un manque d'unité et engendre plus de discussions et chamailleries sur les mesures à prendre alors que nous devrions passer plus de temps à expliquer aux citoyens pourquoi nous les prenons", explique le président de la N-VA.

Il estime que la collaboration entre les partis flamands pourrait être meilleure. "Nous devons ensemble à nouveau dégager une ambition collective pour remettre le pays en ordre et pour donner des perspectives aux gens. Et c'est donc aussi une responsabilité collective des partis flamands. Et je tiens à souligner que ceci est également une autocritique", assure-t-il.

N-VA et Vlaams Belang : mêmes électeurs, même combat ?

Le gouvernement fédéral ne semble en tout cas pas réussir aux nationalistes flamands du point de vue électoral. Un sondage récent montre notamment que la N-VA a perdu nombre d'électeurs au profit du Vlaams Belang.

"Pendant les crises, les gens se tournent vers les extrêmes. En Wallonie, ils vont vers l'extrême gauche, en Flandre, vers l'extrême droite", a commenté Bart De Wever.

"Nous touchons les mêmes électeurs que le Vlaams Belang, mais nous ne nous ressemblons pas. Nous avons toujours proposé aux électeurs un discours constructif. La question est maintenant de savoir s'ils croient que ce discours propose une solution", a conclut le président de la N-VA.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK