De nombreux nouveaux départements français et le Luxembourg (re)passent en zone rouge

Le SPF Affaires étrangères a mis à jour sa listes de conseils avec code couleurs des destinations possibles pour les Belges à l'intérieur de l'Europe (les déplacements non-essentiels hors union européenne restant interdits).


►►► A lire aussi: Où pouvez-vous voyager en Europe ? La carte actualisée des zones rouge, orange et verte


Vu la très importante hausse des contaminations en France, de nombreux départements passent ainsi dès de ce mercredi en zone rouge pour les départs, et dès vendredi 16h pour les retours: il s'agit des départements de l’Ariège, du Calvados, du Doubs, de l’Eure, de l’Eure-et-Loir, de la Haute-Loire, des Landes, de la Loire-Atlantique, du Lot-et-Garonne, de la Marne, de la Saône-et-Loire, de la Somme, du Tarn.

Mais d'autres régions d'Europe vont connaître le même sort:

  • en Autriche, les Landër du Tyrol et de Vorarlberg
  • au Danemark, la région de la capitale (Hovedstaden)
  • en Hongrie, les régions de Transdanubie occidentale, Grande Plaine du Sud 
  • aux Pays-Bas, la province d’Utrecht 
  • au Portugal, la Région métropolitaine de Lisbonne, la région du centre
  • en République tchèque, les régions du Nord-ouest, de Moravie Centrale et de Moravie-Silésie
  • au Royaume-Uni, West Central Scotland
  • en Suisse, le canton de Genève

Attention, ces interdictions de voyager en zones rouges seront remplacées dès vendredi 25 septembre par des avis déconseillant strictement de voyager dans ces zones, a expliqué le ministre des Affaires étrangères, Philippe Goffin, dans le but "d'une plus grande coordination européenne", annonce le diplomate dans un communiqué. Celui-ci souligne toutefois que la quarantaine et le dépistage restent obligatoires au retour d'une zone rouge.

C'est un retour à la formulation des avis de voyages telle qu'elle existait avant la crise du Covid, indique le cabinet du ministre.

Le ministre compte désormais sur la responsabilité individuelle, les Belges ayant selon lui été "jusqu'à présent très respectueux des règles dans la grande majorité".

"Il n'y a techniquement plus de sanctions, mais l'information reste très forteOn sait qu'on met nos proches en danger et qu'on n'a plus les mêmes capacités de se déplacer en toute quiétude", conclut-il.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK